Un coup de téléphone a sauvé Marie-Christine

J. T. Publié le - Mis à jour le

Mons-Centre

La dame se trouvait dans le salon et a pu fuir l’incendie de sa maison

TERTRE Hier, peu après 10 h, un incendie s’est déclaré dans une habitation située au n°3 de la rue Laurent, en face de la place de Tertre.

Le feu a pris à l’arrière, à hauteur de la buanderie accolée à la maison et donnant sur la cour. “J’ai entendu une implosion, précise Thierry qui tenait l’agence de tiercé juste à côté. Je me suis immédiatement dirigé vers la maison voisine. Je suis rentré et j’ai dit à la dame de sortir. L’explosion venait de la machine à laver. Il y avait déjà bien 1 m 50 de flammes lorsque je suis rentré dans la maison”.

Marie-Christine, âgée d’une cinquantaine d’années, a été emmenée à l’hôpital car elle était sous le choc. Elle n’a toutefois pas été brûlée.

Giovanni, son mari, était au travail. Son épouse lui a raconté ce qui s’était passé.

“Elle avait mis une lessive et allait mettre sécher. Mais comme elle a reçu un coup de fil, elle a pris la direction du salon. Elle a bien fait car autrement elle aurait été à hauteur de la buanderie lorsque cela a explosé. Elle aurait pu y rester”.

À l’arrivée du service incendie de Saint-Ghislain, la toiture était déjà percée par les flammes. “Nous avons dû rapidement faire appel à un renfort du service incendie de Mons, précise Raphael Delvaux, sergent. Ceux-ci sont intervenus avec une autopompe et une citerne. Cela faisait sept hommes et un officier. La protection civile va également se déplacer pour le bâchage”.

La maison sinistrée n’est plus habitable. Les dégâts à l’arrière sont conséquents. À l’avant, ce sont l’eau et la fumée qui ont fait des ravages. L’habitation voisine abritant l’agence de tiercé est, elle aussi, touchée mais plus légèrement.

Le bourgmestre de Saint-Ghislain, Daniel Olivier (PS) s’est rendu sur les lieux. “Dans l’immédiat, nous ne devons visiblement pas nous occuper de reloger ce couple, confie-t-il. Leur fille habite dans un immeuble situé en face. Elle est en vacances pour le moment. Par la suite, ils auront peut-être besoin. Pour nous, cela devient difficile de reloger les gens depuis l’incendie du Val d’Haine pour lequel nous avons encore des demandes actuellement”.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner