Mons La patinoire reste la superstar de Mons, Cœur en Neige

Le concept féerique du marché de Noël Mons Cœur en Neige a fermé ses portes, ce dimanche soir. Après quatre semaines d’activités où la magie de Noël était le maître-mot, l’heure est au bilan dans la Cité du Doudou.

Mons Cœur en Neige a donc raccroché sa 12e édition sous une météo plutôt clémente, malgré un dernier week-end verglacé. "Les chiffres sont positifs," se réjouit le premier échevin, Nicolas Martin (PS). "Si je regarde le bilan notamment au niveau de la fréquentation de la patinoire et de la piste de luge sur la Place du Marché aux Herbes, nous avons des augmentations significatives. La patinoire a comptabilisé un peu plus de 20.000 entrées. Sur la piste de luge, on constate une augmentation de 15 à 20 % avec près de 5.000 entrées. Ces chiffres sont donc extrêmement positifs."

Pourtant ce n’était pas gagné. L’attentat de Berlin sur le marché de Noël n’était pas de bon augure. La zone de police de Mons-Quévy a été contrainte d’adapter davantage encore son dispositif de sécurité, limitant les accès automobiles au centre-ville. Notons qu’aucun incident majeur n’a été à déplorer au cours de ces quatre semaines sur le marché de Noël. Au total, selon la ville, 400.000 personnes sur le mois ont parcouru le marché de Noël.

D’autres chiffres viennent également exciter le compteur. La soupe populaire, intégrée au concept montois, a rencontré un certain succès. "70 à 80 litres de soupe ont été distribués par jour. Chaque week-end, on a pu distribuer de 120 à 150 litres. Preuve que la dimension solidaire et sociale avec ce chalet spécifique est nécessaire. Le fait que ce soit la ville qui organise le marché Noël permet de garantir des prix démocratiques aux lieux de glisse mais aussi aux animations."

Question animations, les balades à dos d’âne, en calèche et les grimages ont cartonné, accueillant ainsi un public plus familial. "C’est un beau succès populaire mais aussi l’occasion pour nous d’avoir une marque sociale affirmée à l’occasion des fêtes de fin d’année." Et de conclure : "C’est une belle édition, je suis fier de ce projet et de la manière dont il évolue." À l’année prochaine donc.