Mons La commune de Frameries prend les devants pour se protéger des orages

"Mieux vaut prévenir que guérir", c'est l'adage poursuivi par les autorités communales framerisoises en matière d'inondation. Si certaines communes de la région ont été fortement touchées par les orages ces dernières semaines, ce n'était pas le cas de Frameries. Mais bien consciente qu'elle n'est pas à l'abri, elle a décidé de travailler avec le Contrat de Rivière de la Haine et le Service public de Wallonie pour référencer les phénomènes d'inondation dus à des débordements de cours d'eau ou de ruissellement sur son territoire.

Concrètement, l'objectif est de localiser avec précision les sites sensibles en vue de réfléchir à des solutions. Dans le cadre de cette vaste enquête, les citoyens sont invités à contacter la commune afin que tout événement soit déclaré auprès du Service public de Wallonie. "Frameries a souvent été épargnée parce que nous n'avons pas de cours d'eau et que nos systèmes d'égouttage fonctionnent bien au niveau des voiries les plus sensibles. Mais le risque zéro n'existe pas", commente Didier Draux, bourgmestre f.f. En effet, les cultures des agriculteurs sont parfois responsables de coulées de boue. "Certains ne tiennent pas compte de l'implantation de leur terrain et par facilité, plantent dans le sens de la longueur."

Pas Question pour autant pour le bourgmestre de ne pas aller au-devant des problèmes. "Nous sommes tous concernés par nos rivières, le cycle de l'eau et les inondations, tant les élus, que les acteurs locaux, les entreprises ou les riverains. Pour lutter contre les inondations, on peut agir sur différents axes. Ceux définis par le Plan de gestion des risques d'inondations (PGRI) sont la prévention, la protection, la réparation et l'analyse post-crise", explique Céline Malengez, du Contrat de Rivière de la Haine.

Les premiers PGRI avaient été approuvés par le gouvernement wallon en 2016. Aujourd'hui, des comités techniques se chargent d'assurer le suivi et la mise en oeuvre des premiers plans en cours et de contribuer à l'élaboration des plans pour le cycle 2021-2027. Des réunions se sont déjà tenues, d'autres le seront jusqu'en mars 2020. La commune de Frameries avait participé à la première (septembre 2017) et plus récemment (en mai) à la seconde, à l'instar des communes de La Louvière, Binche, Saint-Ghislain, Quévy ou encore Honnelles.