Mons

La nouvelle attaque des bleus sur le fonds d’impulsion s'attire les foudres des rouges. Nicolas Martin (PS) VS Georges-Louis Bouchez (MR): duel sur le commerce

Parmi les thèmes qui déchainent les passions à Mons, il y a souvent l’état du commerce en centre-ville. Pas un conseil communal ne fait l’objet d’une question, interpellation ou motion sur le sujet. Le groupe MR, et singulièrement son chef de file Georges-Louis Bouchez, tape et retape sur le clou. De quoi agacer la majorité PS/cdH, et l’échevin à la manoeuvre. Au menu ce mardi, il sera encore une fois question du fonds d’impulsion, coup de pouce financier aux jeunes et créatifs nouveaux commerces dans l’axe du Piétonnier.

Selon Bouchez, "les exemples de commerces déjà présents dans le centre-ville qui ont profité du fonds d'impulsion uniquement pour déménager dans le Piétonnier se multiplient." Pour lui, il s’agit là de "profiter d’un effet d’aubaine" rien de plus. De quoi irriter l’échevin du commerce Nicolas Martin( PS), qui a lancé un plan d’actions voilà un an pour tenter de redresser la taille du commerce en centre-ville.

"Le fonds d'impulsion permet de voir chuter le taux de cellules vides dans le Piétonnier," rétorque Nicolas Martin. "Une telle redynamisation commerciale ne se voit nulle part ailleurs., c’est une chute spectaculaire en aussi peu de temps. Le pari n’est pas encore gagné mais c’est à souligner quand même ! Georges-Louis Bouchez parle aussi de statistiques gonflées mais il n'y a eu que trois déménagements de commerces de niche, installés hors du périmètre commercial, qui souhaitaient s'installer dans l’axe Piétonnier. Au final, le taux de cellules vides est passé de 27 % à 10%, en ce compris les projets approuvés par le fonds d'impulsion et la maternité commerciale qui ouvrent dans les prochaines semaines."

Selon les derniers chiffres de la ville, sur les 108 cellules commerciales, seulement 11 sont sans affectation. "Et encore, certaines font l’objet de projets… Je suis toujours en attente de propositions du MR sur la redynamisation commerciale. A ce jour, je n'en ai jamais vu. Au-delà de se faire mousser, au moment des votes sur les règlements par exemple, le MR s’abstient mais ne s’y oppose pas. Il ne va même pas au bout de ses critiques. En même temps, vu la concrétisation des nombreuses initiatives lancées, ils sont contredits pas les faits."

Et d’ajouter: "A les écouter, Primark ne venait pas et Renouv’O non plus… C'est un peu le monde à l’envers où l'opposition libérale critique continuellement une série d’initiatives publiques en vue d’encourager des commerces indépendants. Ils se disent proches des indépendants et flinguent tous le projets mis en place pour les soutenir. C’est le paradoxe! Mais je pense que personne n’est dupe", a conclu Nicolas Matin. Ces joutes seront au menu du conseil ce mardi, à voir en direct sur le Facebook live de la Ville de Mons.