Mons Exclusif : Contrairement à ses affirmations, l’affaire n’a pas totalement été classée sans suite

Il y a quelques semaines, Bernard Paget (PS) nous annonçait avoir été blanchi dans l’affaire du jardinier qui avait fait grand bruit en 2017 (voir ci-dessous). Dans la foulée, le bourgmestre de Honnelles avait même pris l’initiative de rédiger une lettre ouverte aux Honnellois et Honnelloises pour mettre fin à cette affaire et aux rumeurs.

Cette lettre, en date du 26 juin 2018, a même été distribuée dans toutes les boîtes aux lettres de la commune. "Après une enquête minutieuse, j’ai été totalement blanchi de ces accusations malsaines et de toute poursuite éventuelle. Je me réjouis de ce dénouement positif. […] Le bon droit et le bon sens ont triomphé", a-t-il écrit.

Tout ceci est en réalité inexact. Deux dossiers disjoints ont été ouverts : l’un par l’auditorat du travail, l’autre par le parquet de Mons. Seul l’auditorat du travail a décidé de classer l’affaire sans-suite. "L’affaire n’est pas classée au parquet", nous confirme Laurence Dubois, substitut du procureur du Roi en charge du dossier. "Ce dossier n’est même pas du tout classé chez nous. Tout ce que je peux dire, c’est que des devoirs sont toujours en cours."

L’auditorat du travail et le parquet ne reprochent en effet pas la même chose à Bernard Paget. Pour l’auditorat, ce sont les suspicions d’infraction à la législation sur le travail qui ont été classées. Le parquet, lui, s’intéresse à l’abus de bien social et à l’utilisation de moyens et matériels de la commune par un élu à des fins personnelles.

© D.R.

De son côté, l’auditeur du travail tient également à préciser sa décision. " L’infraction, à savoir l’utilisation d’un ouvrier communal pendant ses heures de travail, n’a pas été établie. Il ne s’agit donc pas d’une absence d’infraction, la nuance est très importante. Lorsque l’infraction n’est pas établie, cela signifie que l’on suspecte toujours quelque chose mais que l’on n’arrive pas à le trouver", explique Charles-Eric Clesse, l’auditeur du travail du Hainaut.

Selon nos informations, l’enquête judiciaire du parquet serait même loin d’être classée sans suite. Des devoirs sont toujours en cours et ils ne prendraient pas la même direction que celle de l’auditorat. Quand l’enquête aboutira-t-elle ? "C’est difficile à dire. C’est selon les disponibilités des enquêteurs qui sont actuellement réduites. La difficulté réside vraiment dans le fait d’avoir des forces policières disponibles", précise Laurence Dubois.


Bernard Paget : "Je ne suis pas au courant !"

Contacté, le bourgmestre de Honnelles affirme ne pas savoir qu’une enquête est toujours en cours. "Je ne suis pas au courant d’un autre dossier", se défend Bernard Paget (PS). "Moi, mon avocat m’a annoncé il y a deux mois que le dossier était classé par l’auditorat du travail. Je ne savais donc pas qu’une autre enquête était ouverte par le parquet sinon je n’aurais pas écrit cette lettre ouverte."

Dans cette lettre, le maïeur avait tenu à rappeler les tenants et aboutissants de cette affaire selon sa version des faits. "En juin 2017, j’ai, par la volonté de l’un de mes voisins, fait involontairement la une des journaux", débute-t-il. "Une photo prise à mon insu et transmise aux journaux locaux (sans mon consentement) faisait état de l’utilisation du personnel et du matériel communal pour entretenir mon domicile privé."

Et de poursuivre. "Malgré nos explications respectives, l’ouvrier incriminé, ami de 30 ans, et moi-même avons été jetés en pâture et cloués au pilori. Un leader de l’opposition, espérant un bon coup politique, utilisa le conseil communal pour s’autoproclamer juge, censeur et enquêteur."

Six conseillers communaux de l’opposition avaient en effet décidé de porter l’affaire devant la justice. "Une enquête a été diligentée. L’ouvrier communal et moi-même avons été entendus par la police judiciaire. La direction générale Emploi, travail et lois sociales , est aussi venue m’interroger à mon domicile."

Bernard Paget a semble-t-il crié victoire trop vite…


Le dossier en 5 dates

Mai 2017 : Au moins à deux reprises en mai et en juin, l’ouvrier photographié a été vu en train de désherber la devanture de la propriété du bourgmestre.

Juin 2017 : L’affaire sort dans la presse. "Il arrive qu’il passe chez moi parce que nous sommes amis depuis quarante ans, rétorque le bourgmestre, Bernard Paget (PS). Lorsqu’il est venu chez moi, ce n’était certainement pas pendant ses heures de travail."

Juillet 2017 : Six conseillers de l’opposition portent plainte.

Mai 2018 : L’auditorat du travail classe l’affaire sans suite pour infraction non établie.

Juin 2018 : Bernard Paget écrit aux Honnellois en annonçant être "blanchi des accusations et des poursuites éventuelles".