Mons Le délégué général annonce ce jeudi dans un communiqué de presse qu'il ne s'en occupera plus

Après 30 ans de service, le délégué général du Festival International du Film d'Amour de Mons (FIFA), André Ceuterick a communiqué ce jeudi qu'il renonçait à l'organisation 2019 du festival montois. Dans un communiqué, il annonce sa décision qui fait suite non seulement aux accusation anonymes d'harcèlement sexuel dont il a fait l'objet et à la tempête qui a ébranlé le festival, conduisant à l'annulation pure et simple de l'édition 2018.

"Les événements de ces derniers mois (lettre anonyme, calomnies, diffamations, délations, accusations fallacieuses de malversation financière, de mauvaise gestion, etc.) ont terni sa réputation. Honteusement, violemment et bien sûr injustement," indique André Ceuterick. "La malveillance, la jalousie, la haine ont ainsi abîmé l'un des fleurons culturels et populaires de notre région. Je fus personnellement mis en cause et cela m'a beaucoup affecté: j'ai dû faire face à l'opprobre et à la vilenie. Cette invraisemblable machination a aussi entraîné la suspension de certains subsides, a fragilisé la confiance de nos partenaires publics et privés et a créé l'émoi et l'incompréhension des citoyens, tout ceci provoquant l'annulation pure et simple de la 33e édition du Festival, alors le plus ancien de Belgique francophone."

Il ajoute : "On admet aujourd'hui que rien n'était fondé et que mon intégrité est incontestable. Mais le mal est fait, et la fracture est là, irréductible, qui ne me permet pas de poursuivre l'œuvre entreprise."

Le bourgmestre Elio Di Rupo a créé le Festival du Film d'Amour de Mons en 1985, il en est toujours le président. "J'en ai assumé la direction pendant plus de 30 ans. Ensemble, nous l'avons fait grandir progressivement, en maîtrisant la croissance selon les moyens disponibles, pour en faire un événement culturel et cinématographique majeur de notre pays et un bel ambassadeur de notre ville et de notre région à l'étranger", rappelle toujours André Ceuterick. "Nous avons fait découvrir des milliers de films venant de presque tous les pays du monde et avons accueilli des milliers de personnalités de la culture, du cinéma et de la télévision qui venaient parfois de l'autre bout du monde. Pendant toutes ces années, j'ai dirigé le Festival de Mons de manière volontaire, sans aucune rémunération spécifique ni compensation financière, en tant que Directeur du Service Cinéma de la Province de Hainaut et comme un militant de la vie associative qui se consacre à l'épanouissement du citoyen."

Et de conclure : "Ce fut une expérience de vie extraordinaire qui m'a notamment permis, par le biais du cinéma et de ses multiples activités complémentaires (éducatives, pédagogiques, culturelles et festives) de mettre en exergue ces valeurs fondamentales qui conduisent mon existence: la liberté, le respect des différences, la tolérance, l'ouverture sur le monde, la dignité humaine. Ce à quoi j'avais dédié le Festival International du Film d'Amour de Mons, que je laisse en l'état, à son meilleur niveau, pour mon propre clap de fin."