Mons Le phénomène existe pourtant depuis la conception de l’autoroute.

Ces derniers jours et plus encore en cette fin de semaine, il fallait redoubler de prudence derrière le volant. Les violentes pluies ont en effet multiplié les risques d’aquaplanage, bien réels en cette période. Si de nombreuses voiries sont concernées par ce phénomène de perte d’adhérence, certaines sont plus problématiques que d’autres.

C’est le cas sur l’autoroute E19, à hauteur de Nimy en direction de la France. Sur deux kilomètres environ, les risques augmentent drastiquement en cas de fortes pluies. Et si des travaux avaient été entrepris sur cette même portion d’autoroute en mai 2015 pour faire disparaître les nids-de-poule, force est de constater que les automobilistes ne sont pas plus en sécurité qu’avant. Le problème d’inondation en cet endroit est pourtant connu et les accidents sont malheureusement monnaie courante

"C’est effectivement un endroit qui retient l’attention des agents de terrain, qui confirment que l’eau a plus de difficulté à s’évacuer dès que les averses sont abondantes. Cela date de la conception de l’autoroute", confie Éloïse Winandy, porte-parole de la Sofico. "C’est un problème d’inclinaison de l’autoroute. Nous nous trouvons dans ce que l’on appelle une zone de changement de dévers. Nous avons d’abord une certaine inclinaison, qui change de côté avec le tournant."

C’est ce basculement qui empêche une bonne évacuation des pluies. "Le phénomène est évidemment amplifié en automne et en hiver, lorsque les feuilles viennent boucher les évacuations. Nous avons déjà pris des mesures pour améliorer la situation. Nous avons par exemple élargi les ouvertures de celles-ci pour permettre une évacuation à plus grand débit", souligne la porte-parole. Mais ce n’est pas suffisant. "En 2019 normalement, un chantier de réhabilitation débutera sur la E19. Nous profiterons de celui-ci pour intervenir à Nimy, sur le tronçon concerné, pour résoudre le problème. Nous ne pouvons rien faire de plus pour l’instant si ce n’est de rappeler aux automobilistes d’adapter leur vitesse aux conditions météo."

Les automobilistes devront donc prendre patience et continuer à redoubler de prudence à l’approche de cet axe accidentogène.