Mons

Les quatre amis qui ont fait la macabre découverte le samedi 22 avril, sur le parking à Mons ont témoigné, ce mardi, devant la cour d'assises du Hainaut

Les débats à la cour d'assises du Hainaut voient défiler ce mardi la famille, les proches et les amis de la victime Laeticia Bauwens (22 ans), tuée sur le parking du Lotto Mons Expo, le 22 avril 2017. L’ensemble de ses amis ont décrit "une jeune fille généreuse, super gentille, avec le coeur sur la main, prête à aider les gens, stressée, amusante et souriante, ni provocante, ni aguicheuse. C’était une fille en or. Elle était craintive, elle fermait toujours ses portières de voiture. Elle m’a dit un jour : tu vas me prendre pour une folle mais dès que je monte dans ma voiture, je ferme mes portes." 

Quatre de ses amis, ceux avec qui elle avait rendez-vous le jour du drame, étaient aussi présents ce mardi pour livrer leur témoignage. L'audience est particulièrement pesante pour la famille et les proches de la victime. De l'émotion, des larmes mais aussi beaucoup de dignité et de courage chez ces jeunes gens qui ne sont âgé que de 22 à 28 ans.

"On s’était donné rendez-vous à 7h15 sur le parking ," explique Florent, l’un des quatre amis avec qui Laetitia Bauwens avait rendez-vous ce samedi-là. "Je suis parti de Ghlin et je suis arrivé un peu à l’avance, vers 7h02, sur le parking prévu mais qui n’était pas celui sur lequel Laeticia nous attendait. J’ai vu que Laeticia avait envoyé un message sur le groupe Facebook : je lui ai envoyé : tu es où? Je ne te vois pas." 

Les trois autres amies étaient arrivées entre-temps. "Nous avons essayé de la joindre mais sans réponse. Nous avons pris ma voiture et nous sommes allés vers l’autre parking." Ils ont vu deux véhicules et la Ford Fiesta de Laeticia. Il sont arrivés par l’arrière du véhicule et ont fait la macabre découverte. "J’ai directement appelé le 112. Sans se le dire, nous avions compris que Laeticia était décédée. Nous sommes restés à l’écart parce qu’on s’est bien rendu compte que c’était grave." 

L’une de ses amies, Adeline s’est approchée du corps, sans vie de Laeticia. "J’ai touché le bras de Laeticia pour voir si elle était encore en vie, elle était couchée sur le dos, elle ne l’était plus."