Mons Le Montois vient de terminer 3e à Cannes et continue sa préparation pour Hawaï

À peine de retour de Cannes où il a brillamment terminé le triathlon international à la 3 e place de sa catégorie, 20 e toute catégorie il y a quelques jours, Benoit Chevalier est déjà sur sa bécane pour l’entraînement. Le triathlon, ça demande de l’entraînement même si le dernier lauréat du Mérite sportif de Mons savoure cette nouvelle performance.

"Il y avait tout de même 1.300-1.400 participants au total", se souvient cet infirmier urgentiste montois. "Je suis content mais je suis un compétiteur, je veux toujours gagner."

Malheureusement, la première partie aquatique ne l’a pas du tout aidé. "Bizarrement, de manière anormale, mes lunettes étaient embuées, j’ai donc tout fait à l’aveugle et ai dévié pas mal. J’ai donc perdu du temps. J’ai bien cravaché ensuite."

Il est toutefois bien content de sa performance. "Surtout sur une distance intermédiaire avec 2 km à la nage, 103 à vélo avec un dénivelé de 1.700 m et 16 à pied. Mais pour un mois d’avril, disons que ça devient intéressant."

Un mois auparavant, le triathlète du club de Mons avait également réussi une petite performance à Madère cette fois. "Faute de participants, nous n’avions pas pu réaliser la distance d’Hawaï. J’y ai terminé 2e."

Maintenant , son attention est focalisée sur Belfort où il tentera également de se hisser sur le podium. À 32 ans, Benoit voyage énormément pour assouvir sa passion. En décembre, il était d’ailleurs de la partie à la Réunion, quelques semaines après avoir validé son ticket pour Hawaï à Barcelone.

"Ça s’est très bien passé mais être dans l’eau pour 3k à 5 h 30 du matin, je n’avais jamais connu ça", rigole-t-il. "C’est à peine si on ne croisait pas les fêtards sortant du bar. J’ai finalement réalisé une 5e place dans des conditions pas évidentes. Pourtant, sur ce parcours magnifique, j’étais en tête avec une large avance après le vélo mais la dernière partie était du trail et pas vraiment de la course à pied. Et là, j’ai été rattrapé et dépassé par de vrais spécialistes. C’étaient des cailloux, de la roche. C’était magnifique comme dans le film Seul sur Mars . Mais le trail n’est pas fait pour moi. Mais, c’était un bon test compte tenu du climat."

D’ici le départ à Hawaï, il espère bien encore plus voyager. "Le triathlon, c’est un peu le prétexte pour les voyages", sourit-il. "Mais comme il faut quand même un peu bosser, j’essaie de plus me tester sur des épreuves en Europe. Sinon, j’ai déjà couru en Nouvelle-Zélande, en Sardaigne, à la Réunion…"


“Je prie pour qu’Hawaï ait lieu”

Depuis plusieurs mois, et sa qualification en poche, Benoît Chevalier n’a qu’un seul objectif : l’Ironman d’Hawaii. Ses entraînements sont d’ailleurs focalisés là-dessus. “Je dois aussi faire des tests en laboratoire pour la chaleur et je passerai à Lanzarote aussi en septembre vu que le climat s’y approche pour l’humidité et le vent”, précise celui qui en est à sa 5 e saison de triathlon. “Ma présence à Belfort fin du mois fait aussi partie d’une préparation dans ce sens. Tout est ciblé pour ma progression.”

Natation, vélo, course, Benoît a sa préférence et c’est ce qu’il peut améliorer.

“Je suis plus fort à pied mais je sais qu’il faut bien s’entraîner pour le vélo. C’est là où on peut vraiment gagner du temps. Dans le cadre de ma préparation à la course, je participe aussi à des joggings dans la région. J’ai notamment terminé 2e à Hautrage et 1er à Lens.”
Dans quelques mois, il mettra le cap vers le célèbre triathlon. Encore faut-il que l’événement mondial qui regroupe des milliers de participants ait bien lieu. “Je prie pour ça mais le volcan qui s’est réveillé n’augure rien de bon. On verra. Si ce n’est pas possible, j’y reviendrai.”