Mons

La ministre a signé les documents nécessaires au financement de ce projet

Le bourgmestre de Boussu Jean-Claude Debiève (PS) a retrouvé le sourire après quelques coups de sang. Il a en effet obtenu la confirmation que la machine était officiellement lancée du côté de la ministre de l’enseignement, Marie-Martine Schyns. Les autorités communales pourront donc compter, comme elles l’espéraient, sur des subsides publics pour construire une nouvelle école… Bien nécessaire puisque l’ancienne école du Centre est en cours de démolition.

« Nous pouvons enfin annoncer que ça y’est, la ministre a signé les documents ! Nous devons désormais réajuster notre projet puisque celui-ci date de six ou sept ans. La population scolaire a changé, un nouveau quartier avec 64 logements supplémentaires est en cours de construction,… Nous devons intégrer ces composantes pour ne pas faire n’importe quoi », explique Jean-Claude Debiève.

Bien que ravi, le maïeur garde les pieds sur terre. « Ce n’est pas pour autant que le dossier est bouclé. Il faudra attendre encore au minimum deux ou trois ans avant de voir l’école sortir de terre ! » D’ici là, pas question de laisser les enfants et enseignants sur le quai. « Le projet d’école modulaire est toujours d’actualité. Il permettra à tous d’évoluer dans des infrastructures de qualité. »

Les démarches sont d’ores et déjà lancées. Le bourgmestre espère pouvoir installer et ouvrir cette école provisoire dès la rentrée scolaire 2018. « Cela représente un coût mais je pense que nous pouvons nous le permettre. Nous sortons 1,5 million d’euros de notre chapeau… Ce n’est pas avec le sourire mais c’est de bonne grâce puisqu’au profit des enfants. »

Pour rappel, en janvier 2017, les enfants avaient été contraints de quitter l’école du Centre pour migrer vers des modules préfabriqués installés sur le site même. En cause, deux rapports des pompiers et d’une entreprise spécialisée qui avaient pointé du doigt des problèmes de stabilité. Aujourd’hui, les petites têtes blondes sont réparties sur diverses implantations afin de permettre la démolition de leur ancienne école. Une démolition qui aurait dû être clôturée à l’issue des congés de Pâques mais qui a pris un peu de retard.