Mons Le projet de circonscription du Centre a été validé en commission du parlement wallon

Une dernière marche de franchie pour la Communauté urbaine du Centre (CUC) avant d’arriver sur le podium. Dans le long et historique combat pour la création d’une circonscription électorale du Centre, la commission des Pouvoirs locaux du Parlement wallon a hier approuvé le décret relatif à la création de cette fameuse circonscription. La dernière étape, décisive, interviendra le 25 janvier, lorsque le texte déposé par le PS, le MR et le CDH, sera soumis au vote du Parlement.

En 2016, les bourgmestres des communes de Binche, de Braine, d’Écaussinnes, d’Estinnes, de La Louvière, du Roeulx, de Manage, de Morlanwelz, de Seneffe et de Soignies s’étaient rassemblés pour porter le souhait de cette circonscription du Centre. C’était l’occasion de faire reconnaître une région tiraillée entre plusieurs arrondissements et plusieurs pôles. Une région qui existe dans les faits, mais pas politiquement.

Les démarches avaient alors été lancées auprès des présidents de partis. L’avis de la Cour constitutionnelle exigeant un redécoupage de la carte électorale pour une plus juste répartition des sièges offrait une occasion unique aux bourgmestres de la région du Centre. Ils ne l’ont pas laissée passer.

En octobre , l’étape fédérale était franchie, le projet de loi visant la modification des cantons électoraux étant approuvée par la Chambre. Reste à faire valider la création des cantons électoraux par le parlement wallon. Rien n’est simple en Belgique, mais le projet ne s’est pas perdu en cours de route dans la tuyauterie institutionnelle.

Ecolo avait bien émis quelques réserves. Les Verts sont pourtant à l’origine de l’arrêté de la Cour constitutionnelle. Ce sont eux qui avaient dénoncé l’injuste répartition des sièges selon les cantons électoraux. Et sur le fond, ils soutiennent les aspirations de la région du Centre. Mais ils regrettent d’avoir été tenus à l’écart des discussions entre PS, MR et CDH. Ils s’inquiétaient également des possibles failles techniques du dossier.

Président de la CUC, Laurent Devin s’est toujours montré confiant. Au fédéral, le projet de loi a ainsi fait l’objet d’une seconde lecture. Au niveau wallon, le projet de décret a été revu. Maintenant qu’il a été approuvé en commission des Pouvoirs locaux, son approbation au Parlement est acquise sauf coup de théâtre. Le texte a en effet été déposé par le MR et le CDH qui composent la majorité, ainsi que par le PS.

"C’est une étape supplémentaire. Il en reste une, la décisive, lors de la séance plénière du 25 janvier au parlement wallon", conclut Laurent Devin. "Ça pourrait être un vote historique pour la Région du Centre qui enfin, serait reconnue politiquement."