Mons La période hivernale est propice aux accidents routiers, surtout à certains endroits

Que ça soit à Mons, Quévy, dans le Borinage ou les Hauts-Pays, il est impossible de passer une année sans entendre parler d’un accident mortel. En 2017, la région en a connu douze alors que ce chiffre avait atteint la vingtaine en 2016. "En général, le phénomène d’accidents est à la baisse ces dernières années. Les accidents mortels sont par contre plus aléatoires" , analyse Frédéric Carton, le chef de corps de la zone de police des Hauts-Pays, qui dresse le bilan pour sa zone. "Ça tourne entre 1 et 4 accidents mortels par an. En 2017, nous en avons par exemple dénombré quatre : deux jeunes à Dour, un motard à Quiévrain et puis un jeune homme au carrefour du Saint-Homme. La problématique est maîtrisée sur la zone mais deux endroits restent plus accidentogènes qu’ailleurs."

Frédéric Carton fait référence à deux carrefours de Thulin bien particuliers. "Le Saint-Homme (entre la N51 et l’avenue du Saint-Homme) et le Sardon (entre la N552 et la rue du Fayt) sont deux endroits à surveiller. L’an dernier, il y a eu trois accidents avec blessés au Sardon et trois autres au Saint-Homme, dont un avec un tué. Pour diminuer les risques d’accidents, nous travaillons avec trois axes : l’éducation à la sécurité routière, les contrôles routiers souvent préventifs et puis l’infrastructure."

C’est justement ce troisième point qui sera mis en œuvre pour endiguer la problématique de ces deux carrefours hensitois. "Au Saint-Homme, nous avons convaincu la Région wallonne de mettre en place un système de feu tricolore", explique le bourgmestre d’Hensies Eric Thiébaut (PS). "Il sera installé avant l’été. Pour le Sardon, des démarches sont en cours mais nous n’avons pas encore trouvé d’accord."

Aménager ces deux endroits était devenu une nécessité absolue. "Par le passé, autre endroit problématique : le rond-point à l’avenue des Canadiens, à Thulin", se souvient le chef de corps Frédéric Carton. "Ce rond-point a justement été installé car il y avait ce même problème d’accidents mortels. Désormais, ça va beaucoup mieux. Pour le reste, les Hauts-Pays sont assez calmes parce que ce sont des petites routes essentiellement empruntées par des gens qui ont l’habitude d’y rouler."