Mons

L'actuel conseiller communal briguera un mandat au CPAS

Jean-François Hubert, élu à Colfontaine depuis 2012, ne siège plus au conseil communal depuis de très longs mois mais ne cache pas pour autant son ambition de briguer un nouveau mandat en octobre 2018, au niveau du CPAS cette fois-ci. Deuxième surprise, c’est sous la bannière Oxygène qu’il le fera, et non sur une liste Ligue Citoyenne Humaniste comme il l’avait laissé entendre.

C’est à l’issue d’un débat citoyen que les premiers contacts ont été noués. “C’était il y a environ deux mois. J’ai été interpellé par une personne qui m’a promis qu’elle me recontacterait rapidement. Je ne savais pas à l’époque que cette personne représentait Oxygène”, explique Jean-François Hubert. Il y a une dizaine de jours, un rendez-vous entre les deux hommes était fixé.

“Oxygène est présent à Charleroi, à Namur et depuis à Assesse. Le parti souhaitait proposer une liste à Colfontaine. C’est un tout jeune parti mais ils ont davantage de moyens et donc de possibilités de travailler. J’ai lu leur charte et elle correspond en tout point à mes valeurs, ce qui permet ce rapprochement.”

© EB

Si le conseiller ne cache pas ses intentions de s’imposer au PS, indétrônable à Colfontaine depuis de longues années, il annonce qu’il ne sera pas tête de liste. “Mon souhait est clair, je souhaite m’orienter vers le CPAS car c’est là-bas que je serai utile. Je ne souhaite pas revenir au conseil communal, où je n’ai pas mon mot à dire.” La liste est actuellement en cours d’élaboration. “Nous aurons au minimum un tiers de femmes, peut-être même la moitié.”

Et d’ajouter : “Nous souhaitons donner la parole aux gens d’en-bas ! Oxygène ne rassemble pas des politiciens mais des gens qui sont sur le terrain toute l’année et pas seulement à six mois des élections ! Ce sont des gens qui veulent du changement, une autre société où les guerres d’ego ne prédominent pas.”

Désormais en ordre de marche, le conseille ne cache pas ses ambitions. “Je suis persuadé que je peux faire un bon score dans la région. Nous pourrions être la première commune où le changement s’opère enfin. La population doit se souvenir de ce qu’il s’est passé tout au long de cette mandature, menée par un homme qui s’est pris pour un roi. Il est temps que cela change, que la population ait son mot à dire.”

Le programme est actuellement pensé mais il sera basé sur quelques grandes thématiques, notamment l’enseignement et l’éducation, la propreté et la sécurité ou encore le cadre de vie.