Mons

Cette semaine, les initiatives se multiplient pour rendre l’environnement plus propre

La problématique de gestion des déchets aurait de quoi pousser certains élus à s’arracher les cheveux tant elle peut s’avérer complexe. À Colfontaine, le jeune échevin Mathieu Messin (PS), en charge du cadre de vie, a décidé de prendre le prendre le taureau par les cornes, plus particulièrement encore lors de cette semaine de la propreté.

Depuis lundi et jusqu’à vendredi, les initiatives se multiplient pour faire du déchet un mauvais souvenir. “J’avais envie de rebattre les cartes, de changer un peu la formule et de rendre cette semaine de la propreté plus dynamique et mieux répartie sur les trois villages de l’entité en comparaison avec ce qui a pu être fait les années précédentes”, commente-t-il.

La première action a notamment permis aux ménages de Pâturages, Wasmes et Warquignies de profiter d’un conteneur pour se débarrasser de meubles, de métaux, de bois, de châssis, de miroirs, de vitres ou de verres cassés. “Ces conteneurs étaient placés aux endroits stratégiques et fréquentés. Un panneau d’affiche était installé et un gardien de la paix aiguillait la population, qui semble avoir apprécié cette initiative.”

© DR

La seconde opération se veut plus participative et citoyenne encore. “Il s’agit d’un nettoyage de quartiers. Nous avons ciblé les endroits problématiques et des comités d’habitants ont été sensibilisés et équipés avant de partir traquer le déchet. La dernière grosse opération aura lieu ce vendredi en partenariat avec la brigade des ratons laveurs, mise en place lorsque j’étais jeune conseiller.

Équipés de sacs, de gants et de pinces, les élèves des différentes écoles de l’entité seront invités à rendre leur environnement plus propre. “Ils n’interviennent pas en extérieur, ils ramassent leurs propres déchets. Nous comptons aussi sensibiliser les parents grâce à de grandes affiches d’1,80 mètre et un message adressé par leurs enfants : attendre devant les grilles de l’école, fumer et jeter son mégot par terre,… Ce sont des comportements que l’on ne peut accepter car ils influencent les enfants.” Espérons que le message soit entendu.

© DR