Mons

MONS

Cinq ans d’une succes story imaginée par l’esprit créatif de David Jeanmotte…

CœUR EN NEIGE A C’est sur une plage d’Ibiza que l’idée de Cœur en neige a germé dans la tête de David Jeanmotte. Il revient sur la naissance d’un de ses nombreux bébés. “Je sortais d’un événement mis sur pied avec Franco Seminara quand l’ancienne gestionnaire du centre-ville est venue me trouver pour relancer un marché de Noël à Mons. À mon retour d’Ibiza, j’ai tout mis en route avec le soutien de la gestion centre-ville, Cœur en neige allait devenir le centre névralgique de Mons. Et puis, je travaille dans une ambiance de fille et j’adore cela.”

Petit village dans la ville, Cœur en neige a traversé les années avec un succès sans cesse renouvelé grâce à quelques petits plus comme la présence des mozaïcultures imaginées par le service espace vert de la province de Hainaut. “Elles représentent en quelque sorte, l’ombre de la forêt. Une forêt qui prend la forme de quelque chose, un peu comme les nuages dont les formes font penser à un objet ou à un personnage qu’on aime ou qu’on n’aime pas”.

La particularité de Cœur en neige (outre sa patinoire en forme de cœur, unique au monde) est la thématique développée chaque année. Cette fois, place sera faite à sainte Lucie. Une idée qui est venue à David Jeanmotte, lors d’un voyage en Suède. “Elle est fêtée le 13 décembre. Je trouvais que si on lui mettait des ailes, elle ressemblait à une fée; elle apporte une touche de lumière dans l’ombre.”

La réalisation de Mons, Cœur en neige est un aussi un hommage rendu par “un Montois, mangeant, buvant et vivant Mons. J’ai eu l’occasion de réaliser un rendez-vous pour le grand public et c’est pour moi un grand plaisir d’autant plus que Cœur en neige n’est pas quelque chose d’éphémère. Je l’ai pensé sur du long terme, sur 15 ans, sans problème. C’est un investissement patrimonial que la ville a bien voulu consentir et c’est tant mieux”.



© La Dernière Heure 2009