Mons Devriese tente de voir sa peine de douze ans de prison réduite devant la cour d’assises de Namur

La cour d’assises de Namur a débuté mardi matin l’audition de la juge d’instruction et de l’inspecteur en charge de l’enquête sur les décès de Fanny Colmant et David Dubois, permettant au jury de prendre conscience de la complexité de l’affaire et des étapes clés de l’enquête. L’enquête débute avec la découverte des deux corps dans le canal à Hensies. Sur base d’informations policières et d’un appel anonyme, la police sait alors que, suite à un braquage organisé au domicile de Cindy Mahieu, celle-ci recherche activement Fanny Colmant pour "lui mettre une correction".

L’exploitation des images des caméras de vidéosurveillance situées à proximité du canal permet de visualiser deux véhicules, dont l’un appartiendrait à Cindy Mahieu. Finalement, cette dernière finit par avouer le double meurtre en donnant une version erronée des faits et sera donc placée sous mandat d’arrêt. Malgré les multiples auditions, les analyses téléphoniques, les tests ADN et autres, l’enquête stagne pendant les mois qui suivent.

À l’automne , des renseignements policiers permettent d’avoir de nouvelles pistes et finalement, en décembre, Cindy Mahieu "craque" en passant aux aveux complets, impliquant dix personnes. Le 22 décembre, une intervention policière est menée et une série d’auditions est faite, dont celle de Valentin Devriese, qui revient sur ses déclarations du mois de juillet et donne la version des faits qu’on lui connaît aujourd’hui. Valentin Devriese a été condamné par la cour d’assises du Hainaut à douze ans de réclusion criminelle pour non-assistance à personne en danger, torture et séquestration. Il paie son absence de réaction par rapport à des actes de torture dont il a été témoin.

La juge d’instruction a notamment expliqué au jury de la cour d’assises qu’à ce moment-là de l’enquête, une série de choses sont établies, dont le mobile, l’organisation des faits en trois temps et "l’après" durant lequel, par peur, les différents protagonistes n’ont voulu donner aucune explication.