Mons Selon la police, il y aurait toutefois moins de bagarres que l'année dernière.

Avant le combat du Lumerçon, le moment le plus attendu du Doudou, les festivités avaient déjà bien démarré dès jeudi soir. Ce samedi, divers cortèges ont déambulé dans les rues montoises avant de laisser place à la descente de la châsse, grand moment solennel du Doudou. Plus tard dans la soirée, les plus courageux ont pris part à la retraite aux flambeaux. La ville de Mons s'est ensuite transformée en discothèque géante pour toute la nuit.

Evidemment, les policiers montois ont dû intervenir à plusieurs reprises. Mais aucun fait majeur n'est à déplorer. "La situation par rapport aux bagarres semble également stable, voire légèrement plus calme par rapport à l’année passée", précise la police.

Entre samedi 6 heures et dimanche 6 heures, les différentes équipes policières ont toutefois procédé à 24 arrestations administratives (principalement pour ivresse et trouble de l’ordre public). Mais aussi à 4 arrestations judiciaires : deux pour vol avec violence, deux autres pour rébellion. C'est dans ce cadre que deux policiers ont été blessés.

Vendredi, ce sont 49 arrestations administratives qui ont été enregistrées, principalement pour ivresse et trouble à l’ordre public. Les équipes ont également procédé à quatre arrestations judiciaires. L’une dans le cadre de coups et blessures, deux dans le cadre de détention de stupéfiants et une pour rébellion. Jeudi, six arrestations administratives, soit la moitié du chiffre de 2017 au même jour de la ducasse, avaient été comptabilisées pour troubles à l’ordre public et ivresse publique.

Enfin, mercredi, la police n’avait dû intervenir que pour enlever des véhicules qui ne respectaient pas les interdictions de stationnement. Sept voitures avaient été enlevées dans le centre. Le bilan était donc le même que l’année précédente pour un premier jour de festivités. Un tenancier avait également eu une remarque afin de plus utiliser des verres en verre.