Mons

Jusqu'ici, les secours ne déplorent pas d'incident majeur

Après une année d'absence, la Croix-Rouge de Belgique est de retour dans la Cité du Doudou pour assurer la sécurité et la prise en charge des spectateurs qui en éprouveraient le besoin au cours de ces quelques jours de ducasse, parfois très mouvementé. Pour ce faire, un important dispositif préventif a été déployé. Effectif depuis jeudi, il le restera jusqu'à mardi et sera réinstallé le week-end prochain pour assurer la sécurité du Petit Doudou.

Concrètement, un poste médical principal a été installé à l'hôtel de ville, un autre dans la Collégiale. « Nous sommes très présents sur le terrain. Nous disposons de cinq ambulances, d'un SMUR, de quatre médecins, de huit infirmiers et de deux équipes « terrain » lors du combat. Deux équipes étaient spécialement dédiées à l'accueil et à la prise en charge des patients évacués de l'arène », précise Kévin Noël, coordinateur opérationnel.

© E.B.

À l'heure d'écrire ces lignes et contrairement à ce que l'on aurait pu craindre ce dimanche (de très fortes chaleurs étant annoncées, NdlR), aucun incident majeur n'est à déplorer. « Il s'agit surtout d'intoxication alcoolique, de malaises et de bagarres. Mais l'on parle plus de « bobologie » que de grosses interventions. »

Les cas légers sont directement traités sur place tandis que les plus sérieux sont transférés « principalement vers Ambroise Paré et Saint-Joseph », précise encore Kévin Noël. Au total, ce ne sont pas moins de 180 personnes qui sont mobilisées pour permettre aux fêtards de profiter pleinement de l'événement. En moyenne, ce sont 250 à 300 interventions qui s'avèrent nécessaires.

La Croix-Rouge sera à nouveau présente ce week-end pour le Petit Lumeçon. Un poste médical avancé sera installé à l'hôtel de ville et elle pourra compter sur un poste de secours, un poste de commandement, deux ambulances et deux équipes d'intervention. Espérons cependant que les petits participants ne soient pas contraints de passer par là.