Mons

Les échoppes ne pourront pas être installées des deux côtés des rues

Coup de gueule chez les commerçants dourois ! Et pour cause, la braderie traditionnelle du 21 juillet dans les artères commerçantes de Dour va être quelque peu chamboulée. Sur les réseaux sociaux, les commerçants se disent dégoûtés : “ça va être un grand n’importe quoi !”

Au cœur de la controverse, ce sont les emplacements des échoppes qui posent soucis. En effet, les commerçants ne pourront s’installer que d’un seul côté de la rue. Un changement, jamais connu auparavant, qui provoque un vent de boycott. Les commerçants pestent aussi du “peu de considération” dont ils font l’objet et tirent à boulets rouges sur les autorités communales. Pierre Carton (DR +), bourgmestre faisant fonction en cette période estivale, tente d’apaiser les tensions.

“Dans le cadre de l’organisation de la braderie, plusieurs intervenants sont amenés à donner leur avis. Ce qui était possible hier ne l’est plus aujourd’hui. Les services de secours demandent une bande de 4 mètres pour pouvoir passer en cas de problème. Dans le contexte actuel en Belgique ou même pour un barbecue qui tourne mal, il est impératif que les secours puissent atteindre les lieux rapidement.”

Des raisons de sécurité qui passent mal. “Les demandes des services de secours sont légitimes. Nous allons essayer de trouver une solution avec de la créativité et la bonne volonté de chacun. Je ne connais pas un seul mandataire politique qui passerait au-dessus d’une recommandation des services de secours. En tout cas, je ne serai pas celui-là. Nous n’avons pas la volonté d’embêter les gens, notre souhait est que chacun trouve du plaisir dans cette braderie.”

Résultat ? “J’ai demandé aux structures de terrain à savoir à Dour Centre-ville et l’Association des Commerçants et des Artisans de Dour (ACAD) de fournir une explication à tous les commerçants concernés et surtout de prévoir ensemble une réunion afin de dégager des solutions. Tout le monde doit venir avec son esprit créatif et sa bonne volonté.” A suivre.