Mons

Des experts et chiens renifleurs sont descendus sur les lieux ce mercredi

La semaine dernière, dans la nuit de lundi à mardi un peu avant 4 heures, un violent incendie éclatait dans le bâtiment d’une entreprise de transport routier située Chemin de Thulin, à Dour. Visibles à plusieurs kilomètres, les flammes avaient tout ravagé sur leur passage, ne laissant pour ainsi dire rien du bâtiment.

Très rapidement, la piste criminelle avait été évoquée. Le patron de l’entreprise avait en effet confirmé avoir reçu des menaces. Il n’en avait pas fallu davantage pour que l’enquête soit menée et que la descente d’experts en incendie, renforcés par la présence de chiens renifleurs, soit réclamée par les assurances.

C’est désormais chose faite. Ce mercredi, la recherche d’indices s’est poursuivie sur les lieux du sinistre. De son côté, le parquet a confirmé que des devoirs complémentaires étaient en cours. L’enquête va donc se poursuivre afin de déterminer une fois pour toute s'il y a eu implication d'un tiers ou non.

© DR

Pour rappel, les pompiers avaient dû déployer d’importants moyens pour tenter de maîtriser le feu. Les unités de Dour avaient été renforcées par celles de Quiévrain, Saint-Ghislain et Mons. Malgré cela, l’intervention s’était révélée périlleuse, intense et surtout, extrêmement longue. Deux jours après les faits, les pompiers assuraient toujours une permanence sur place puisque le feu, s’il était sous contrôle, n’avait pu être totalement éteint.

Ce n’est finalement qu’au terme de dizaines d’heures de mobilisation que ce dernier avait pu l’être. Plusieurs engins de chantier avaient été dépêchés sur les lieux afin de débuter les travaux de cisaillement et de déblaiement de la structure qui, sous la chaleur, s’était repliée sur elle-même. Les hommes du feu avaient ainsi pu accéder aux derniers foyers et rentrer en caserne, non sans que deux d’entre eux soient légèrement blessés.