Mons Le subside octroyé pour la réhabilitation ne fait pas que des heureux.

La période est propice aux subsides à Écaussinnes. Après l’enveloppe accordée pour la crèche Bel-Air, ce sont deux nouveaux projets qui font l’objet d’un coup de pouce financier. Étonnamment, la nouvelle ne semble pas faire que des heureux. Explications.

La Région wallonne vient d’accorder une aide de 32.000 €, dont la moitié vient de l’Europe, pour la création et l’équipement d’une maison rurale au rez-de-chaussée de l’ancien presbytère de Marche. Cette aide fait suite au dossier introduit par Écaussinnes l’année passée dans le cadre d’un appel à projets de la Région wallonne. "Cet appel avait pour but d’améliorer la qualité de vie des habitants en zone rurale par le renforcement de l’accessibilité aux services de proximité et aux technologies de l’information", indique le bourgmestre Xavier Dupont.

Or, l’occupation de l’ancien presbytère fait l’objet d’une convention entre la fabrique d’église Saint-Géry et la commune. Le premier étage est ainsi réservé à la fabrique. Quant au rez-de-chaussée, réservé à la commune, la convention indique qu’il devrait être aménagé en crèche. L’ancienne mandature avait en effet lancé le projet de créer une maison d’accueil de la petite enfance dans les locaux de l’ancien presbytère, mais la coalition arc-en-ciel lui a préféré la crèche de Bel-Air : plus de places et plus de subsides.

Du côté de la fabrique d’église cependant, on n’a pas l’air trop au courant des changements de projets qui concernent le presbytère. "C’est l’imbroglio total", souffle René Van Wambeke de la fabrique. "Nous n’avons aucun contact avec la commune. La désaffectation du presbytère accordée par l’évêché est conditionnée au respect de la convention. Mais en trouvant une nouvelle occupation pour les lieux, on ne respecte plus la convention. Celle-ci stipule en outre que la fabrique a une entrée exclusive par la rue Ferrer et que les autres passent par la rue du Brabant. Mais tout le monde passe par la première entrée".

Sébastien Deschamps (Ensemble) regrette que la commune n’ait pas encore consulté la fabrique d’église. "D’autant plus que pour toucher le subside, les travaux doivent être réalisés avant septembre", ajoute le conseiller. Pour le bourgmestre, pas de problème. "Nous avions déjà prévenu la fabrique qu’il n’y aurait pas de crèche, car nous avions lancé le projet de Bel-Air", explique Xavier Dupont. "Et la Convention prévoit surtout que la fabrique occupe le premier étage. Ce qui ne change pas".

À noter enfin l’octroi d’un autre subside pour aménager les locaux de la gare. La Région wallonne interviendra ainsi à hauteur de 80 %, soit 48.000 €, des 60.000 prévus pour aménager la salle d’attente et des bureaux communaux dans la gare fermée par la SNCB.