Mons

L’administration communale doit soumettre son dossier pour validation

En janvier 2017, les élèves de l’école du Centre d’Hornu étaient contraints de quitter leur établissement pour migrer vers des modules préfabriqués. En cause, des problèmes de stabilité pointés dans un rapport par les pompiers et une entreprise spécialisée. Pratiquement un an plus tard, cette solution, qui ne devait être que temporaire, s’éternise.

Au grand damne du bourgmestre de Boussu, Jean-Claude Debiève (PS). “Nous n’avons toujours pas reçu de notification de la Fédération Wallonie-Bruxelles ni obtenu les subsides promis pour construire une nouvelle école. Nous sommes donc toujours dans l’embarras et l’expectative”, regrette-t-il.

En avril dernier pourtant, le bourgmestre s’était réjoui d’apprendre qu’une enveloppe serait bel et bien réservée à la commune.  “Il est vrai qu’avec la période électorale, je me suis moins préoccupé du dossier. Mais je compte relancer la machine.” 

En attendant, les élèves poursuivent leur cursus au sein de modules préfabriqués. “Ils ne sont pas trop mal mais ils ne garantissent pas tout le confort nécessaire et mérité. Nous pensions que cette solution ne serait que provisoire. Mais cette période de transition n’est pas aussi courte qu’espérée.” Une école modulaire devrait dès lors être acquise sur fonds propres par la commune.

Coût de l’opération, environ 1,5 million d’euros. “Cette école modulaire devrait être moderne, confortable et de grande qualité. Nous avions lancé le marché public mais quelques couacs nous obligent à le relancer. Dès que nous aurons eu les autorisations indispensables, nous procéderons à son installation.”

Du côté de la ministre de l’éducation, Marie-Martine Schyns, on confirme qu’un accord de principe a été donné. “La balle est désormais dans le camp des autorités communales, qui doivent finaliser leur dossier et, si ce n’est pas encore fait, le soumettre à l’administration pour une analyse technique”, explique Éric Etienne, porte-parole. Une fois ces démarches effectuées, le cabinet validera l’octroi des subsides tant attendus.