Mons Ils se présentent aux provinciales alors que leur parti planifie la suppression des conseils provinciaux

Comme un athée assisterait à la messe, ces humanistes et libéraux se portent-ils candidats pour les élections provinciales, sans trop y croire ? À l’Élysette en effet, la réforme des Provinces se prépare. Ministre libérale des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue devrait déposer un texte sur la table du gouvernement wallon avant la fin du mois. Le conseil provincial devrait passer à la trappe. Certaines compétences seraient reprises par la Région, d’autres glisseraient vers un socle paracommunal, sans mandataires.

Un projet qui met les candidats libéraux dans une position quelque peu particulière. "Dans sa déclaration de politique régionale, le MR parle bien d’une réforme profonde. Et j’y suis favorable", note Catherine Hocquet, candidate libérale pour la Province du Hainaut. "Mais je ne pense pas qu’il faut supprimer le conseil provincial pour le remplacer par une institution paracommunale, sans élus. Ca poserait des problèmes de transparence."

Même son de cloche pour le Rhodien Damien Sauvage. "Si on supprime les provinces, il faut les remplacer par une structure qui aura sa propre fiscalité et donc ses élus", relève cet autre candidat MR. "Remplacer les provinces par d’autres organismes, c’est donner le pouvoir à d’autres personnes. Comment contrôler cela, quand on voit ce qui s’est passé dans certaines intercommunales ? Il faudra aussi me démontrer l’utilité, sur le plan financier, d’une suppression des conseils provinciaux. Une réforme et une modernisation sont nécessaires. Mais il faudrait d’abord se mettre d’accord sur les missions des provinces, d’autant plus que chacune a ses spécificités actuellement."

Entre les ballons lâchés depuis le cabinet de Valérie De Bue et les aspirations de nos candidats libéraux dans la Province du Hainaut, des violons devront encore s’accorder. Du côté du CDH, ce n’est guère plus clair. Interrogée sur la possible suppression des conseils provinciaux, une candidate du district de Soignies nous avoue : "Vous me posez une colle ! Au niveau du parti en tout cas, nous n’avons pas été briefés sur ce dossier." A se demander s’il n’y a que les provinces qui doivent être réformées…