Mons

Le club veut désormais descendre… de l’ascenseur

À la faveur de sa victoire à Vacresse B alors qu’un point était suffisant, l’US Hensies a émergé en P4C et retrouvera la P3 un an après l’avoir quittée. "C’était l’objectif qu’on s’était fixé", confie le coach, Teoman Gunal, qui avait repris l’équipe à huit matches de la fin la saison dernière. "Pas mal de joueurs nous ont quittés suite à la descente et il a fallu reconstruire un nouveau groupe. On a mis l’accent sur la camaraderie parce que c’est surtout ça qui avait fait défaut. Et en plus, ce sont des joueurs avec beaucoup de qualités. Nous avons ainsi attiré deux joueurs français, mais il y avait surtout pas mal de joueurs qui venaient de Baisieux suite à la faillite du club."

Et la mayonnaise a pris très vite. "On a eu la chance de prendre la tête du classement dès le premier match et on ne l’a plus quittée. J’avais insisté sur la nécessité de ne pas se focaliser sur les équipes du haut du tableau parce que les surprises pouvaient venir d’autres formations et c’est ce qui s’est passé vu qu’Espanola, notre plus proche poursuivant, a perdu des plumes contre des équipes moins ambitieuses."

À Vacresse, les choses se sont passées on ne peut mieux, même si le contexte était spécial. "J’ai bien insisté auprès des joueurs pour qu’ils prennent ce match comme n’importe quel autre, même si je dois admettre que personnellement, j’étais très nerveux. Ils ont fait le match qu’il fallait, en restant très calmes et patients, en attendant que tombe le premier but."

Les Hensitois peuvent déjà se concentrer sur la future saison et le visage de l’équipe va forcément un peu changer. "On ne doit pas commettre la même erreur qui avait été de croire qu’on s’en sortirait avec le noyau existant. On a de la qualité, mais il faut absolument qu’on trouve quelques renforts. On évoluera quand même une division au-dessus, et on doit s’y préparer."

Une belle fin de saison pour un club familial qui reste à très forte coloration locale. Ce qui n’en rend que plus fiers ses membres.