Mons

Face à des Estinnois combatifs, les Pâturageois sont passés par le chas de l’aiguille. Rendez-vous face à Neufvilles

"Ce n’est pas mauvais, c’est très mauvais. On balance devant, ça revient derrière et on tente de repasser devant. C’est nul, nul, nul."

À la mi-temps de l’opposition entre Pâturages et Estinnes, un supporter emblématique du club résumait plutôt bien la situation des Borains. Pour cause, les Verts d’Estinnes dominaient les débats et formaient un bloc solide.

On vous le donne en mille : les Pâturageois semblaient mûrs pour la P2. "Au repos, le coach a poussé une gueulante. Il nous a mis face à nos responsabilités", avoue Emmanuel Spinelli. Finalement, c’est en étant réduits à dix que les locaux ont trouvé les ressources nécessaires pour forcer le destin et revenir au score. "Cela nous a servi de déclic."

Désormais , pour se maintenir en P1, les troupes de Karim Mariage devront l’emporter face à Neufvilles, en élevant leur niveau de jeu.

Car s’il a fallu attendre la séance des penalties pour désigner un vainqueur, force est de constater que les locaux sont passés par le chas de l’aiguille face à des Estinnois combatifs qui méritaient sans doute mieux qu’un sordide revers. "En effet, nous avons retrouvé le véritable visage d’Estinnes. Après un deuxième tour complètement manqué, ce tour final a permis de nous remettre sur le droit chemin", commente Rémy Tournay, capitaine des Verts. "Avec un tel état d’esprit, nous devons faire de la montée en P1 notre principal objectif pour la saison prochaine." Rendez-vous dans un an pour sabrer le Ruffus.