Mons Une amende record va être requise contre les deux sous-traitants.

Deux semaines après que l'auditorat du travail ait privé l'accès au chantier à 105 travailleurs roumains et bulgares, ce sont cette fois pas moins de 227 personnes qui ont été jugées illégales sur le site de Google à Ghlin. Selon la RTBF, ces ouvriers sont issus de deux sous-traitants et sont de nationalités diverses, dont anglaise et hongroise.

Ce jeudi, ces 227 ouvriers ont également été privés d'accès au chantier du nouveau data-center du géant américain de l'informatique. Leur badge d'accès a été bloqué. Le 21 novembre dernier, l'auditorat du travail avait déjà dû intervenir sur ce même chantier afin de constater que 105 personnes travaillaient illégalement à cet endroit. Ce sont donc 332 ouvriers qui ont été exclus du chantier en deux semaines, soit plus de 30% du nombre total d'ouvriers présents.

Ce colossal chantier de 250 millions d'euros est géré par l'entreprise ISG qui sous-traite à différentes sociétés, notamment en Angleterre. L'auditorat du travail compte bien leur adresser une amende record. La somme d'un million d'euro est même évoquée pour l'une des deux sociétés anglaises. Elles sont accusées de dumping social.