Mons Le Binchois a multiplié les places d’honneur de référence cet été.

Quel été ! Gordon De Winter a pris une autre dimension depuis le mois de juillet. Avant les vacances, le Binchois n’était pas encore parvenu à marquer des points au DH Challenge Philippe Gilbert . Mais, en deux mois, il vient d’en marquer plus de mille pour intégrer le Top 10 des meilleurs élites sans contrat et Espoirs wallons.

À chaque fois avec la manière car le coureur de la formation Color Code-Arden Beef a obtenu des places d’honneur de référence grâce à des courses offensives : 4e de l’Interclubs de Reningelst, 4e du Tour de Flandre orientale (et 5e d’une étape), 2e de l’Interclubs de Liedekerke et 2e du Grand Prix des Marbriers, une course UCI 1.2 disputée en France.

"Cet enchaînement de résultats est assez inattendu pour moi…" raconte le fils de Gauthier De Winter (le directeur sportif de Vérandas Willems), mais aussi le frère du pro Ludwig (Wallonie-Bruxelles) et le cousin de Hugo (son coéquipier chez Color Code-Arden Beef). "C’est bien plus qu’espéré car je ne suis arrivé que cette année dans la catégorie des Espoirs. J’ai d’ailleurs mis du temps à me mettre dans le rythme et je pensais même en début de saison que je n’avais pas le niveau. Mais, à partir de l’été, cela a été bien mieux. Cela correspond à la fin de la période scolaire. J’ai pu mieux m’entraîner, j’ai aussi fait plus attention au niveau de la nourriture. Et j’ai eu un beau programme."

Alors qu’il est passé très près de plusieurs très belles victoires, n’est-il pas déçu de ne pas avoir débloqué son compteur de succès ? "Je suis avant tout content de mes résultats mais, forcément, maintenant, j’ai envie de gagner…" répond Gordon De Winter. "Je pense que j’étais le plus fort à Liedekerke. J’étais dans la bonne échappée avec mon coéquipier Franklin Six. Je suis parti dans le dernier mont, à huit kilomètres de l’arrivée. J’ai un peu coincé sur la fin et je me suis fait reprendre par deux coureurs, dont Christophe Noppe, qui était plus rapide que moi au sprint. Comme l’était Emiel Planckaert au Grand Prix des Marbriers. Mais je me suis mis en confiance, notamment en vue des prochaines saisons. Surtout que je remarque que peu importait le parcours : j’étais toujours devant ces dernières semaines. Je ne me fixe pas d’objectif pour la fin de saison : je veux saisir toutes les opportunités."

Comme à l’Interclubs d’Oudenburg ce mercredi...