Mons Le vainqueur de l'édition 2016 n'a cependant pas réédité l'exploit.

Au bord de la route du GP Pino Cerami, à côté de la ligne d’arrivée à Frameries, certains spectateurs étaient particulièrement attentifs au déroulement de la course. Surtout lorsque le Belge Jelle Wallays, vainqueur de l’édition 2016, plaçait une attaque à quelques kilomètres de l’arrivée. « C’est mon fils », sourit Geert Wallays. « Ce n’est pas tous les jours que nous venons l’encourager parce que ses courses sont souvent loin de chez nous (Roulers). »

Très souvent, les parents du coureur de l’équipe Lotto-Soudal doivent se contenter d’internet ou de la télévision pour soutenir leur fils. « Il sera par exemple à la Vuelta (NdlR : Tour d’Espagne) et nous pourrons le suivre à la télé. Mais ce week-end, c’est le Tour de Wallonie donc nous pourrons le voir en vrai. » Finalement, Jelle Wallays s’est fait rattraper dans le dernier tour.

© SH

© SH