Mons

Un violent orage a survolé la ligne d’arrivée à Frameries.

De Saint-Ghislain à Frameries, en passant par Baudour, Ath, Jurbise, Dour ou encore Quévy, le peloton de la 52e édition du Grand Prix Pino Cerami a visité toute notre région ce jeudi. Et après plus de cinq heures de course et pas moins de 202 kilomètres parcourus, c’est le Britannique Peter Kennaugh (Bora-Hansgrohe) qui a levé les bras sur la ligne d’arrivée à Frameries.

Comme les coureurs, qui ont connu une course agitée avec plusieurs attaques et courtes échappées, les spectateurs sont passés par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel qui a embelli le ciel borain durant quelques minutes. Car la chaleur pesante du départ à Saint-Ghislain s’est transformée en véritable apocalypse à Frameries. Sur le coup de 15h30, le tonnerre, le vent et une pluie torrentielle se sont abattues sur la ville de l’arrivée.

Pendant plus d’une demi-heure, un orage a complètement lessivé la rue Ferrer. Au point même de faire s’envoler des bâches, faire chuter des barrières ou inonder la chaussée. « Nous avons dû enlever toutes les publicités, tout s’envolait, tout tombait. C’était un peu l’apocalypse », sourit Bernard Sirault (PS), le bourgmestre f.f. de Frameries. « Et au départ à Saint-Ghislain, j’ai craint qu’il y ait des incidents à cause de la chaleur torride. Heureusement, tout s’est bien passé. »

Finalement, le soleil et les chaleurs caniculaires sont réapparus vers 16h en même temps que les coureurs qui devaient effectuer quatre tours d’un circuit autour de Frameries et Quévy. « C’était, selon moi, une belle édition », souligne Bernard Sirault. « Il n’y a pas eu d’incident et le public a répondu présent. Il manquait peut-être l’un ou l’autre coureur régional pour donner encore un peu de ferveur à la course. »