Mons

À la demande du juge d'instruction en charge de l'enquête, un appel à témoins est lancé

Dans l'après-midi du 18 janvier dernier, un homme était victime d'une attaque on ne peut plus crapuleuse alors qu'il se trouvait à son domicile, situé à Harveng. Un individu s'était présenté à sa porte et, sous le menace d'une arme, avait contraint sa victime à monter à bord d'un véhicule. Son calvaire avait débuté quelques minutes plus tard.

Emmené au lieu-dit du Pavillon de Chasse situé dans le bois de Sars-la-Bruyère, l'homme avait été violenté, brûlé au niveau du dos et roué de coups avant d'être molesté et abandonné par ses bourreaux, au nombre de quatre. Aujourd'hui encore, les enquêteurs tentent d'éclaircir les circonstances exactes de cet enlèvement et demandent à toute personne qui aurait constaté des agissements suspects ou qui pourraient donner des informations sur les véhicules des auteurs de se manifester.

Le véhicule à bord duquel la victime avait été contrainte de monter serait une Opel Corsa ou une Renault Clio de couleur bleu foncé, conduite par une femme aux longs cheveux blonds. Son comparse portait quant à lui une barbe et une casquette. Les auteurs et la victime s'étaient rendus dans un endroit inconnu, où ils avaient été rejoints par un couple.

Selon les informations dont dispose la police, cet endroit pourrait se situer dans la région de Dour. Aux alentours de 18 heures, la victime avait été placée dans le coffre d'un autre véhicule, probablement un break, avant d'être emmenée sur les lieux de son supplice. C'est un peu avant 19 heures qu'un couple occupant une habitation de la rue Ropaix, à Dour, avait découvert le malheureux, âgé d'une quarantaine d'années.

Ce dernier présentait plusieurs coups au visage et avait semble-t-il parcouru une plus ou moins longue distance tout en ayant les bras ligotés le long du corps. Lorsque le couple avait ouvert la porte, la victime, en sanglots, s'était effondrée, peinant à s'exprimer sur ce qui venait de lui arriver. Aujourd'hui encore, l'enquête semble piétiner.

Toute personne ayant en sa possession des informations susceptibles d'aider les enquêteurs est invité à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800/30.300