Mons

Il s'agit cependant des premières conclusions des experts descendus sur place dans la nuit de dimanche à lundi

C’est un véritable drame qui a secoué les habitants de la rue du Pont Beumier, à Jemappes, dimanche soir. Aux alentours de 21 heures, les pompiers de Mons étaient appelés pour intervenir aussi vite que possible dans une habitation unifamiliale de cette petite rue en cul-de-sac.

Prévenus qu’une personne se trouvait probablement encore à l’intérieur, les secours ont redoublé d’efforts. Malgré un important déploiement humain, le corps sans vie d’une personne a été retrouvé sous les décombres, environ 30 minutes après l’extinction du brasier. Selon nos informations, il s’agirait de Patricia Allemeerch, âgée d’une quarantaine d’années.

© DR

« Nous sommes partis en intervention avec une autopompe, une auto-échelle, une citerne, une citerne et un véhicule de commandement, soit 11 personnes. Compte-tenu de la probabilité de sauvetage et d’évacuation, quatre hommes supplémentaires ont été mobilisés et nous avons été accompagnés d’une ambulance de la zone de secours et du SMUR du Borinage », explique le capitaine Benoît Filippi, en charge des opérations cette nuit-là.

« À notre arrivée, la maison était déjà totalement embrasée. Nous avons dû procéder à l’extinction avant de pouvoir y pénétrer, ce que nous sommes parvenus à faire très rapidement. Malheureusement, nous avons retrouvé le corps de la victime sous les décombres. » Les hommes du feu sont parvenus à empêcher la propagation de l’incendie aux habitations mitoyennes.

Par mesure de sécurité et dû à la particularité de la rue – un cul-de-sac au bout duquel se trouve la maison incendiée – le voisinage, à savoir une quinzaine de personnes, a tout de même été évacué. « Les derniers moyens ont été repliés aux alentours de 23 heures et une équipe est repartie sécuriser les lieux vers 1 heure du matin. »

Comme toujours dans pareil triste cas, un expert en incendie, le laboratoire et la police judiciaire sont descendus sur place. Selon le parquet de Mons, la thèse du suicide ne serait pas exclue. L’utilisation d’une friteuse est notamment évoquée mais les conclusions ne sont pas définitives.