Mons Les habitants de la commune n'avaient jamais connu une telle catastrophe


Dimanche matin, le long de la route d'Ath à Jurbise, les badauds contemplent encore le travail des pompiers devant les deux habitations qui ont été soufflées par une explosion due au gaz la veille. "Ça n'a pas arrêté de toute la nuit", commente un spectateur encore médusé. "Nous sommes restés avec mes beaux-parents qui habitent l'immeuble d'en face. Ils étaient choqués. Surtout à cause du petit garçon qui criait au secours."

Samedi après-midi, quand l'explosion a retenti, la maison voisine s'est effondrée. Heureusement, la famille qui était à l'intérieur a pu être évacuée, saine et sauve. "Le gamin s'était faufilé jusqu'à la fenêtre pour essayer de sortir", raconte un riverain. "Je me suis dirigé vers lui. Mais un jeune homme a été plus rapide et a foncé pour évacuer l'enfant. Les parents avaient pu sortir par derrière. C'est un malheureux enseignant qui avait préparé sa rentrée. Il a tout perdu."

Deux maisons ont été soufflées par l'explosion. Une troisième est inhabitable. Mais le choc a aussi causé des dégâts jusqu'aux immeubles à appartements d'en face où les vitres ont volé en éclats. Samedi soir, des ouvriers communaux ont rapidement calfeutré les trous béants pour permettre aux habitants de regagner leur logement. Une petite trentaine de ménages était concernée.

"Nous n'avons pas eu nos vitres brisées, mais nous avons la fenêtre et la porte qui ferment difficilement", explique Nadine, encore choquée par les événements. "J'ai entendu une grosse explosion. J'ai d'abord cru à un violent accident de la route. Quand je suis sorti, il y avait de la fumée partout. Nous n'avions jamais connu ça à Jurbise. Il y avait bien eu l'explosion de Ghislenghien à l'époque que nous avions ressentie jusqu'ici. Mais jamais un tel accident ici."

Sur les décombres de l'habitation qui a explosé, les policiers mènent leur enquête à la recherche d'indices. La thèse du suicide est largement évoquée par les riverains. "La personne qui vivait là avait déjà eu des soucis", explique un habitant du quartier. "Elle avait tenté de se suicider par deux fois en laissant le gaz ouvert. Des policiers et des ambulances étaient déjà venus à plusieurs reprises. Je me demande quand même si on n'aurait pas pu éviter ça. C'est vraiment triste. Et quand on voit les dégâts, on se dit que ça aurait pu être encore pire."


© G.la

© G.la

© G.la

© G.la