Mons Au total, 110 places de stationnement ont été équipées pour offrir 30 minutes gratuites

Cette fois, c’est la bonne ! Le stationnement en achat-minute dans les rues du centre-ville de Mons est opérationnel. Ce mercredi, le bourgmestre Elio Di Rupo (PS) et l’échevin de la Mobilité, Pascal Lafosse (PS) ont inauguré le système dans la Grand’Rue non-piétonne. Deux gardiens de la paix étaient d’ailleurs au taquet pour attendre le Mini bolide occupé par les autorités communales montoises.

Au total, 110 places dans sept quartiers du centre sont donc équipées et permettront aux chalands de disposer de trente minutes gratuites de stationnement dans les artères commerçantes. L’objectif est double : faciliter (et augmenter) les rotations des véhicules et permettre un stationnement plus aisé aux clients des commerces du centre-ville. Équipées de capteurs au sol, ces places "intelligentes" détectent la présence d’un véhicule et la durée du stationnement.

"L’utilisateur disposera de 30 minutes gratuites pour ses achats dans les commerces de proximité, pour les petits achats du quotidien. Les commerçants sont très satisfaits de la mise en place du système", explique l’échevin. "La grande nouveauté est l’application qui nous permet de voir en temps réel les places disponibles et, une fois stationné, le temps restant. C’est une véritable interactivité."

Concrètement , cette application mobile (téléchargeable gratuitement sur Google Play et Appel Store) va s’avérer très précieuse pour les automobilistes pressés. L’usager n’aura qu’à choisir un emplacement achat-minute libre parmi les 110 disponibles, cliquer sur celui qui le concerne, entrer son numéro de plaque d’immatriculation et vaquer à ses emplettes durant 30 minutes. Un compteur va dès lors s’afficher et indiquer à l’utilisateur le temps qui lui reste. Notons qu’une fois une place choisie, l’application peut faire office de GPS et permettre à l’automobiliste de suivre le guide pour s’y rendre.

Au niveau du budget, ce sont 60.000 euros qui ont été consacrés à l’acquisition de ce système en leasing. Quant au renouvellement des horodateurs, également prévu dans les dix mesures de mobilité de l’échevin, la première phase doit être enclenchée dans le courant de l’année. Ces nouveaux horodateurs seront équipés de systèmes de paiement électronique via carte bancaire et portable.

L’heure est désormais au test grandeur nature. Une certaine tolérance sera opérée durant quelques semaines le temps que tout le monde mette le pied à l’étrier. Bienvenue aux XXIe siècle !