Mons

Sucrer la taxe immondices, lancer un parc à conteneur itinérant et une appli sont trois des propositions phares d'Ecolo

Depuis quelques semaines, le groupe Ecolo multiplie les actions en faveur de la propreté publique à Mons. Les Verts marchent, courent et collectent informations et déchets. À coup sûr, rendre Mons plus propre est un thème capital de la campagne électorale écologiste.

En marge de leur dernière initiative de “décrassage post-Doudou” (le plogging), Charlotte De Jaer (cheffe de file) frappe avec une dizaine de propositions. Ces mesures seront phares dans le programme Ecolo, populaires aussi. Dans le top 3 : il est question de sucrer la taxe immondices pour certains, d’instaurer un parc à conteneurs itinérant pour d’autres et de lancer une appli “dénonciatrice” des dépôts sauvages et autres crasses.

Car même si la ville de Mons consacre au minimum 10 millions d’euros à la propreté, force est de constater que sans quelques incitants et changements de mentalités, la saleté publique ne disparaîtra pas d’un coup de baguette magique. “Les pouvoirs publics seuls ne réussiront pas à résoudre ces problèmes s’il n’y a pas en même temps une collaboration citoyenne. Ce qui n’exclut pas un renforcement des sanctions.”

Dispenser ou plutôt réduire la taxe immondices est bien dans le pipeline. “Si des citoyens ou des associations s’engagent à entretenir la propreté dans un certain périmètre (comme le cas existe notamment à Jemappes), la ville peut les encourager, par exemple, en les exonérant de la taxe. Après tout, ces ambassadeurs de la propreté feront faire des économies à a la ville, il serait logique qu’ils en soient récompensés.”

Une autre mesure, facile à mettre en place selon Ecolo, serait de lancer une application mobile de type Fix my street (qui fonctionne à Bruxelles). “Le numéro vert pour les dépôts sauvages fonctionne mais pas toujours très bien. L’avantage avec une application mobile est que la personne prend directement une photo et la poste et elle directement envoyée à la ville. Alertée, la ville sera aussi en mesure de dresser l’avancement des interventions.”

Enfin, l’idée du parc à conteneurs itinérant va revenir au-devant de la scène. À Liège, le système est déjà en route. “Un camion composé de différents conteneurs, y compris celui des encombrant qui se rendrait dans des quartiers, par exemple, tous les samedis sur la place de Cuesmes, la place d’Hyon,… Il permet aux personnes, sans voiture, de se rendre à ce parc à conteneurs. Des conseillers serraient aussi présents pour quelques trucs et astuces.” A terme, l’idée est bien sûr de réduire la production des déchets des ménages, la quantité de dépôts sauvages et donc la taxe.