Mons Pour la première fois de son histoire, la Faculté Polytechnique de Mons (UMONS) vient de rafler la coupe d’Europe de robotique

C’est la toute première fois depuis 20 ans que ce concours existe, qu’une équipe belge le remporte ! Après avoir remporté le trophée national à l’UNamur fin mars, l’équipe de la Polytech, composée de 7 "Monsquetaires" (parmi lesquels deux demoiselles) vient en effet d’enchaîner avec le sacre européen lors de la compétition continentale qui s’est déroulée à La Roche-sur-Yon (France), ce week-end des 12 et 13 mai.

L’équipe montoise s’est classée première parmi 35 des meilleures équipes de robotique issues d’Allemagne, de Belgique, d’Italie, de Suisse, de Grèce, de Roumanie, du Royaume-Uni, de Serbie, de Suisse mais aussi du Maroc, de Tunisie, d’Algérie ou encore du Canada. C’est face à l’École Polytechnique d’Alger, après un parcours sans la moindre défaite, que les 7 Monsquetaires ont été sacrés champions d’Europe.

L’équipe d’étudiants ingénieurs civils mécaniciens de master 1 de la FPMs était composée de Flavio Palmeri (Chef d’équipe / programmation), François Bovart (Adjoint au chef et responsable planning / programmation), Soufiane El Fani (Responsable communication et sponsoring / Mécanicien), Maxime Maton (Secrétaire / Mécanicien), Daphné BUREAU (Responsable logistique / Mécanicien), Adeline Lefevre (Intermédiaire avec les organisateurs du concours / Électronicien) et de David Kasavuli (Trésorier / Électronicien).

Les deux robots mis au point par l’équipe montoise ont fait preuve d’une efficacité, d’une régularité et d’une fiabilité redoutables dans les épreuves; les points cruciaux ayant été gagnés au bon moment. Les équipes adverses étaient pourtant très affûtées, que ce soit Reset (Russie), CVRA (Suisse) ou Robotech Legends (France). Certaines équipes participantes à Eurobot sont même presque « professionnelles » : l’IUT de la Ville d’Avray a constitué un projet de formation spécifique qui lui a permis de remporter 14 éditions sur 21. Ils auront toutefois été éliminés cette année de manière inattendue et prématurée au stade des qualifications nationales françaises. L’élimination directe en un seul match reste ainsi parfois assez cruelle.

La performance des « Monsquetaires » est d’autant plus appréciable que cette année, les robots ont été conçus, construits, programmés et mis au point par des étudiants de 1ere Master (et non plus de 2e Master comme lors des années précédentes). Ils ont pu réaliser cela dans le cadre du projet de construction des machines qui figure à leur programme et dont ils défendront les aspects technologiques en juin.

« Nous pouvons être très fiers de notre victoire. Le mérite principal revient aux étudiants qui, d’année en année, renforcent leurs compétences. Mais il ne faut pas oublier de mentionner l’appui du service de génie mécanique et de son technicien, Laurent Vergari, qui a accompagné les étudiants cette semaine. Mais aussi l’apport d’autres services de la FPMs tel que celui d’Olivier Verlinden, co-promoteur du projet, et de son technicien Kevin Nis, ainsi que du club étudiant d’électronique ElectroLAB. Tout ceci témoigne d’une dynamique positive et collaborative réelle au sein de la Faculté Polytechnique, au coeur du plan ENG’UP : « créer et se créer », insiste le Doyen de la Faculté Polytechnique Pierre Dehombreux.

La robotique et la FPMS, c’est une vieille histoire. Et un (déjà) long palmarès. Chaque année, la Polytech et en particulier le service de Génie Mécanique propose à ses étudiants de Master de prendre part à la coupe de robotique, un projet original, constructif et ludique dans le but d’améliorer leurs connaissances dans ce domaine et de se créer une solide réputation.

La Polytech a remporté la coupe nationale de robotique à plusieurs reprises déjà. Lors de l’édition 2018, en mars dernier, les 7 Monsquetaires avait déjà brillé à l’UNamur lors de ce concours organisé chaque année depuis 2001 par le Pass (le Parc d’aventures scientifiques de Frameries). L’équipe s’était imposée devant 16 autres « teams » venues de Belgique, de France et de Suisse. Elle avait non seulement raflé le titre national, le prix de la créativité et le concours général. Et comme cela ne suffisait pas, ils ont également remporté la finale contre la meilleure équipe étrangère présente. L’an passé, en 2017, l’équipe « Space MONSters » avait pulvérisé le record en remportant la finale face à l’UCL par 106 points contre 37. Et l’année d’avant, en 2016, l’équipe baptisée "VaMons a la playa" avait également décroché le même titre national.

Pour rappel, le concept des concours de robotique est né voilà plus de 30 ans aux Etats-Unis avant de se développer en Europe et particulièrement en France. En Belgique, c’est le Pass à Frameries qui organise depuis 2001 la Coupe de Belgique de robotique.