Mons

Les premiers bateaux pourront traverser la frontière dès 2022.

C’est désormais officiel. Des péniches emprunteront à nouveau le canal de Condé – Pommeroeul. Le Parlement wallon a approuvé le projet de décret ce mercredi. « La Convention entre le Gouvernement de la République française et la Région wallonne de Belgique au sujet de l’aménagement du canal de Pommeroeul à Condé, signée à Namur, le 19 juillet 2007, sortira son plein et entier effet », est-il écrit.

Le feu vert est donc donné par la Wallonie. Cinq années de travaux vont pouvoir débuter afin de remettre à neuf le canal qui relie Condé (France) à Pommeroeul, en passant par Hensies. Selon le timing prévu, la réouverture de ce canal transfrontalier sera effective dès 2022, même si les derniers aménagements ne prendront fin qu’en 2026.

La remise en service de ce tronçon permettra une liaison fluviale directe entre le canal à grand gabarit français (qui relie Valenciennes, Douai ainsi que le Canal Seine-Nord Europe) et le canal du Centre en Belgique. Les bateaux jusqu'à 110 mètres et 3000 tonnes pourront ainsi réduire leur temps de parcours de 12 heures (11 km au lieu de 40 km) en évitant le canal de Nimy / Blaton / Péronnes.

© DR

Ces travaux à hauteur de 80 millions d'euros seront financés à hauteur de 68 millions d’euros dans le cadre du contrat de plan État-Région français et cofinancés par la Wallonie. Les études sont également subventionnées par l’Union Européenne.

Fermé depuis 1992, ce canal Condé - Pommeroeul rouvrira donc après 30 ans de fermeture. Suite à des phénomènes d’envasement rapide d’un tronçon de 6 km compris entre l’écluse d’Hensies et le Grand Large de Fresnes, il avait été fermé à la navigation en 1992. Mais un arrêté préfectoral déclarant l’utilité publique de sa remise en navigation avait été signé le 14 septembre 2012.

La première phase déjà achevée

Le chantier est découpé en quatre phases. La première est déjà achevée. Il s’agissait de travaux préalables afin de préparer le chantier avec notamment des aménagements écologiques ainsi que la réhabilitation du pont de Saint-Aybert (France). La seconde phase a débuté il y a quelques semaines. Jusqu’à 2020, cette phase portera sur l'aménagement des terrains de dépôt des sédiments.

Ensuite, de janvier 2020 à avril 2022, la phase sera consacrée au dragage, au dépotage, à l'élargissement du canal et à la constitution des défenses de berge. Une fois cette phase terminée, le canal sera remis en service. Il ne restera alors plus qu'à réaliser les travaux d'aménagement paysager du corridor écologique de l’Escaut, de 2022 à 2026.