Mons

L'événement accueille chaque année quelque 1000 enfants

Depuis maintenant dix ans, la zone de police boraine s’implique auprès des jeunes via son parrainage des enfants. Cette année, à l’occasion de cet anniversaire un peu spéciale, la zone a souhaité mettre les petits plats dans les grands en proposant quelques nouvelles activités aux classes de sixième année primaire, qui participent en compagnie d’un parrain-policier.

« Durant un an et plus particulièrement durant quatre rencontres, des liens sont noués entre les élèves de sixième année et les policiers, issus de tous les services, qui participent au parrainage. Quatre thèmes précis sont abordés cette année : la sécurité routière, la violence aux abords des écoles et le cyberharcèlement, et l’environnement. La quatrième rencontre est organisée au sein du service du parrain-policier », explique Siham Zannoun, en charge de la communication.

Lors de la grande fête de clôture qui se déroule sur deux jours, les classes sont invitées à participer à multitudes d’activités : voiture-tonneau, tirs lasers, chambre du crime,… « Cette année, nous avons noué un partenariat avec Infrabel afin de conscientiser ces jeunes aux dangers de traverser des voies de chemin de fer si les signaux ne le permettent pas. Ils sont mis en situation grâce à la réalité virtuelle. »

Quelque 1000 enfants seront acteurs de cette 10e édition. « C’est un événement qui a énormément de succès, qui suscite l’engouement tant des écoles que des policiers et qui est soutenu par les autorités politiques et judiciaires. La sixième année est une année charnière et nous espérons donner quelques clés aux enfants avant leur entrée dans la cour des grands. Ils sont sensibilisés à certaines thématiques et surtout, ils découvrent la police sous un autre angle. »

Depuis son lancement, le parrainage a permis à certains jeunes de parler. « Chaque année, au moins un élève se confie : climat familial difficile, harcèlement,… Les liens qui sont noués avec les policiers sont différents et contribuent à l’installation d’un climat de confiance. Nous espérons par ce biais qu’ils n’auront pas peut de pousser la porte d’un commissariat s’ils en avaient besoin. »

Cette année encore, quelques policiers de zones voisines sont venus constater le succès de l’événement. « Certains prennent des renseignements, voient comment ils pourraient se l’approprier. C’est une bonne chose car c’est sincèrement un beau projet. » Mercredi, Marc Pinilla, chanteur de Suarez, a inauguré les différents stands aux côtés des enfants.