Mons

Ils demandent aux autorités fédérales de réétudier leur position

L’annonce de la fermeture de la protection civile de Ghlin était redoutée depuis longtemps. Il y a deux jours, les craintes se sont confirmées avec l’annonce du ministre de l’intérieur, Jan Jambon (N-VA) de fermer quatre casernes, dont celle de la région montoise. Le monde politique a fait part de son incompréhension face à cette position, tout comme le collège provincial du Hainaut et le gouverneur, qui ont réagi par communiqué.

Pour eux, nul doute que la fermeture de la caserne de Ghlin « aura des conséquences négatives sur l’organisation de la sécurité ». Il faut écrire que le Hainaut, et plus singulièrement les régions de Mons-Borinage et du Centre, compte de nombreuses entreprises classées SEVESO. Sans oublier la base du SHAPE, installée à Casteau.

« Ces sites nécessitent des mesures de préventions importantes et une planification d’urgence assurée par le gouverneur (…) Si la protection civile n’est pas à proprement parler un service d’urgence, son intervention s’avère souvent nécessaire dans les situations d’accident. » Seules deux casernes – l’une située à Liège, l’autre en Flandres – seront préservées. « Limiter le nombre de casernes wallonnes à une seule est, pour le collège provincial du Hainaut, contraire à toute recherche d’efficacité.

Et de souligner que « l’allongement du temps d’intervention sera, dans tous les cas, inquiétant et cette situation pourrait être aggravée par une perte de connaissance du territoire. » Les travailleurs de Ghlin ont, en effet, une « maitrise importante des risques présents en Hainaut ainsi qu’une grande habitude de l’échange d’informations avec les différentes disciplines de la planification d’urgence, les trois zones de secours de la Province et l’ensemble de nos communes. »

Le gouverneur et le collège invitent donc les autorités fédérales à réexaminer, avec profondeur, la situation et à réétudier « avec bienveillance les perspectives de la caserne de Ghlin, en sachant que celle-ci est l’unité qui assure le plus grand nombre de missions en Wallonie. »

Soulignons enfin que les citoyens semblent également conscients de l’importance de maintenir la structure en région montoise puisqu’une pétition à l’attention des autorités fédérales a été lancée sur la toile.