Mons

La ministre de la santé doit venir à Mons, ce lundi, inaugurer l’Hôpital de Jour Gériatrique du site Saint-Joseph du CHR Mons-Hainaut

Le PS de Mons-Borinage ne souhaite pas la bienvenue à Maggie De Block (Open VLD), ministre de la Santé. En cause ? “Le tort qu’elle fait aux patients et aux prestataires !,” assène Nicolas Martin, le président du PS de Mons-Borinage. À n’en pas douter, le PS de Mons-Borinage ne se réjouit pas de la visite de la ministre, ce lundi, à la séance inaugurale de l’Hôpital de Jour Gériatrique du Site Saint-Joseph du CHR Mons-Hainaut.

Alors qu’elle prétend défendre “un système belge qui contribue à améliorer l’état de santé des citoyens et à réduire les inégalités en santé , force est de constater que la série de mesures qu’elle a mise en place depuis sa prise de fonction n’a fait que faire trinquer les patients et le personnel officiant dans le secteur”, communique le bureau du PS de Mons-Borinage en rappelant les “mesures phares” de la ministre.

“Sprays nasaux anti-inflammatoires 9 fois plus cher, augmentation du coût des antibiotiques, 673 millions d’euros d’économie en 2017,… La politique de Maggie De Block c’est aussi : des décisions qui mèneront à la fermeture de pharmacies et de services entiers dans certains hôpitaux, la non reconnaissance de la fibromyalgie par certaines mutuelles mais également un saut d’index partiel réalisé auprès de tous les prestataires de soins (240 millions d’euros),… !”

Le PS de Mons-Borinage ajoute aussi le sort réservé aux infirmières à domicile. “Les moyens pour les infirmiers à domicile ont encore été rabotés et un système antifraude a été lancé sans test préalable concluant ayant pour conséquences le non paiement des salaires pendant parfois plus de deux mois consécutifs ! Les infirmières à domicile, en plus d’avoir vu un durcissement des conditions d’octroi des forfaits de soins, ont hérité d’une charge administrative beaucoup plus pesante avec le lancement de l’utilisation imposée de MyCareNet et la lecture de l’e-ID du patient à chaque visite.”

Le président de la Fédération PS de Mons-Borinage invite, dès lors, la ministre De Block à “oser rencontrer les acteurs de terrain qui demandent à la voir depuis des mois (comme les infirmiers à domicile) et à en finir avec sa politique régressive en matière de santé publique !”