Mons Aux côtés des riverains, le collège rhodien s’oppose à la zone de stockage près du canal

La polémique avait fait grand bruit en été 2016 lorsque les citoyens s’étaient mobilisés à travers une pétition. Mais c’est en toute discrétion que la Ville du Rœulx a introduit un recours au Conseil d’État il y a plusieurs semaines.

Le bourgmestre du Rœulx nous le confirme aujourd’hui. Il ne veut pas du projet de zone de stockage que l’entreprise Quintelier souhaite établir le long du canal du Centre, à Ville-sur-Haine.

Pour rappel, l’entreprise Quintelier devrait procéder à un nettoyage du cours d’eau. C’est dans cette optique qu’elle a introduit une demande de permis afin de louer un site appartenant à la Région wallonne où seraient stockées temporairement des matières récoltées au cours du nettoyage.

Le projet a soulevé de vives inquiétudes parmi les riverains. En effet, des boues de curage ont été évoquées. Les habitants du village craignent donc les odeurs, la pollution ainsi que le bruit engendré par le charroi des camions qui effectueront des allers-retours vers le site. L’entrepreneur a eu beau démentir le stockage de déchets et tenter de dissiper les craintes, il n’est pas parvenu à convaincre ni les riverains, ni les autorités rhodiennes.

La Ville du Rœulx avait ainsi émis un avis négatif sur la demande de permis. Mais au cours de l’automne, le promoteur avait obtenu son permis de la Région wallonne.

Une décision que conteste le bourgmestre. "Ville-sur-Haine est un beau petit village qui a déjà assez souffert avec le canal du Centre", indique Benoît Friart. "Je partage les inquiétudes des riverains qui ne veulent pas voir se développer ce genre de projets ici. C’est pourquoi nous avons introduit un recours au Conseil d’État."

Le recours introduit n’est pas suspensif. L’entrepreneur peut donc d’ores et déjà commencer à développer son activité en attendant l’issue du Conseil d’État. Et la procédure peut s’avérer longue auprès de cette instance juridique…