Mons

La liste PHA veulent améliorer la gestion de la commune

Tête de liste du cartel PHA (Pour Honnelles autrement), Matthieu Lemiez (CDH) semble être le principal adversaire du bourgmestre Bernard Paget (PS) aux élections communales d’octobre. Mais comment cet enseignant de 38 ans compte-t-il renverser la majorité ? A-t-il les épaules pour devenir maïeur ?

Matthieu, sur 10, comment noteriez-vous le bilan de la majorité PS-HD ?

"Je mettrais 5/10, la moyenne. Ils ont fait certaines choses, d’autres n’ont pas été faites. Mais ce sont surtout des projets qui tombent de nulle part, sans planification globale et sans fil conducteur. Certaines choses auraient donc pu être mieux faites si elles avaient été mieux pensées, avec des demandes de subsides notamment. Au niveau des travaux, la commune est passée à côté de beaucoup de subsides."

Que faudrait-il modifier dans la manière de fonctionner ?

"La première chose est de remettre le citoyen au centre de la vie communale. Il est possible de faire davantage en matière d’accès aux informations, aux documents administratifs. Le citoyen devrait aussi davantage pouvoir s’exprimer et surtout être écouté et compris. De même, nous ne voulons plus une instrumentalisation du conseil communal au profit d’une seule partie. Il faut que ça soit beaucoup plus transparent. Il faut aussi professionnaliser la gestion de la commune et la faire enfin entrer dans le XXIe siècle en l’oxygénant."

Votre cartel comprend quatre partis (CDH, MR, Ecolo et Défi). Ce n’est pas risqué ?

"Ce sont quatre partis mais ce sont aussi des citoyens engagés. Ça permettrait d’insuffler de nouvelles idées et une nouvelle dynamique à la commune. Nous voulons aussi sortir des clivages partisans et de la concurrence politique. D’où qu’elle vienne, une bonne idée reste une bonne idée. Il existe un respect mutuel qui permet aux meilleures idées d’émerger. C’est une grande force. Nous ne sommes pas une addition de plusieurs mondes mais bien une vraie équipe. L’esprit démocratique est incarné dans notre formation puisque nous passons notre temps à débattre et discuter avant de se ranger derrière une décision."

Quelle sera l’approche de votre campagne ?

"Elle sera positive. La seule chose qui intéresse les Honnellois et de connaître les projets et les idées que chacun compte développer durant les six prochaines années. Je ne crois pas que les gens soient intéressés par des querelles internes. Nous voulons un débat respectueux et responsable. Les projets seront défendus mais dans le respect de chacun. On se refuse d’attaquer les autres."

Avez-vous la carrure pour devenir bourgmestre ?

"Oui. Sinon je n’aurais pas accepté la tête de liste. J’ai une certaine expérience de la politique. J’ai travaillé dans des cabinets, j’ai travaillé au Parlement fédéral, j’ai suivi des cours de sciences politiques et j’ai été très actif au conseil communal depuis six ans. C’est clair que j’aimerais devenir bourgmestre. Je le ferais avec un grand sens des responsabilités et je peux promettre que les gens ne seraient pas déçus. Mais si c’est quelqu’un d’autre de notre liste qui le devient, c’est aussi bien. Le plus important, c’est que l’on change les choses à Honnelles."

Interview > S. Ha.