Mons Après 30 ans de combat, elles bénéficient d’un vrai contrat de travail