Mons

Ils avaient créé la panique en déboulant à vive allure sur la digue à Knokke

La chambre du conseil de Bruges a prolongé, pour un mois, le mandat d’arrêt à l’encontre de deux hommes originaires de Mons, suspectés de rébellion armée et de vol. Les suspects ont été interpellés le 1er août dernier à la suite d’une spectaculaire course-poursuite sur la digue de Knokke.

Les deux hommes avaient quitté la ville néerlandaise de Sluis avec une Mercedes. Alors qu’ils pénétraient sur le territoire belge tout proche avec la voiture volée, ils ont été pris en chasse par la police locale de Damme/Knokke-Heist. De fait, grâce à la lecture automatique de plaques minéralogiques (Lapi), les policiers belges ont pu rapidement repérer les fuyards.

Une course-poursuite s’était alors engagée vers 23 heures. Lors de celle-ci, les malfrats n’ont montré aucune intention de s’arrêter. Lors de la course-poursuite, les véhicules ont atteint jusqu’à 150 km/h entre les voleurs et la police. Un coup de feu d’un agent a même été tiré sur la Kustlaan à Knokke. Les suspects ont finalement déboulé sur la digue où se trouvait encore beaucoup de monde à cette heure-là.

Heureusement, aucun blessé n’a été à déplorer. Le dispositif déployé était tel que la rumeur d’une éventuelle attaque terroriste avait circulé parmi les riverains et les vacanciers avant d’être démentie par les autorités policières. Dès que les deux hommes ont été interpellés, ils ont été placés sous mandat d’arrêt pour rébellion armée et vol.

L’enquête a démontré que les suspects, Joachim Z. et Grégory C. étaient en outre impliqués dans des vols à Blankenberge. En effet, dans le camping où ils résidaient, les individus auraient dérobé entre autres des parfums et un gsm.