Mons Carlo Di Antonio aux côtés des communes qui réclament l’enfouissement des lignes