Mons

Cette Montoise de 43 ans a quitté la Belgique à l'âge de 26 ans.

Ce ne sont pas moins de 1300 kilomètres qui séparent depuis 17 ans Mélanie et sa région natale. Cette Montoise aujourd'hui âgée de 43 ans a quitté la Cité du Doudou en 2001, lorsqu'elle n'avait que 26 ans. "Le temps passe vraiment vite ici", sourit Mélanie qui occupe le poste de cuisinière dans un restaurant. "La Belgique ne me manque d'ailleurs pas vraiment. Je me sens heureuse ici dans ma cuisine."

C'est pour changer de vie et redémarrer de zéro que Mélanie a décidé de déposer ses valises dans la région catalane de Tarragone, à une centaine de kilomètres au sud de Barcelone. "Je ne connaissais pas du tout l'endroit. Je parlais un peu espagnol parce que ma grand-mère vivait aux Pays-Basque. Mais ça se limite à ça."

Elle a d'abord trouvé du boulot dans la cuisine d'un restaurant de Salou, la célèbre station balnéaire. "Mais je n'avais pas de formation en cuisine puisque j'étais concierge d'un bloc d'appartements dans la région de Mons", raconte la Montoise. "Heureusement, ils cherchaient quelqu'un. J'ai donc commencé à la plonge puis j'ai coupé les légumes et j'ai pris en grade petit à petit."

© SH

Quelques années plus tard, Mélanie a été embauchée pour devenir cuisinière en chef d'un établissement de Ferran, un petit village situé à quelques kilomètres de Tarragone, l'une des plus grandes villes de Catalogne. "J'adore travailler ici parce que l'endroit est génial. C'est moi qui compose les menus du restaurant et qui prépare les plats de A à Z. Nous avons la chance d'avoir des produits très peu chers. Pour un menu avec entrée, plat, dessert et café, ça ne coûte que 10 euros."

Aujourd'hui, Mélanie ne changerait pour rien au monde de vie. Elle est d'ailleurs totalement adoptée par les Espagnols. "Ce qui me plaît dans cette vie, c'est le rythme. C'est plus cool. Et puis, les mentalités sont un peu différentes. Les gens n'hésitent pas à discuter avec toi pour connaître ta vie."

Un château et 90 habitants

© SH

Le village de Ferran, où se situe son restaurant baptisé L'Ermita, est pour le moins atypique. Seuls 90 habitants y habitent. Le tout dans deux petites ruelles situées au pied d'un magnifique château fort. Le restaurant de Mélanie est d'ailleurs le seul commerce du village. "Tous les habitants viennent ici. Le samedi, ils viennent déjeuner, le dimanche, ils viennent chercher leur poulet rôti", sourit Mélanie.

Malgré les apparences, L'Ermita accueille énormément de clients chaque jour. Cela s'explique par sa situation, isolé en bord de route tel un fastfood de la route 66 aux États-Unis. "C'est vrai que c'est un restaurant très spécial. Beaucoup de gens sortent de l'autoroute pour venir manger ici. Il y a beaucoup d'habitués de la région mais aussi beaucoup de clients de passage."

© SH