Mons

Les commémorations ont au total attiré près de 100.000 personnes dans la Cité du Doudou.

Depuis le 26 octobre, date du lancement du spectacle son et lumière sur l'hôtel de ville, la ville de Mons a enchaîné les manifestations dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale. Cérémonies dans les lieux de mémoire aux quatre coins de la ville, hommages aux monuments aux Morts, dans les cimetières, ... Jusqu'à l'apogée de ce dimanche 11 novembre.

Au total, ce sont près de 100.000 personnes qui ont rendu hommage à nos soldats. Le spectacle de mapping sur la Grand-Place a, à lui seul, attiré près de 75.000 personnes. Durant 19 soirées, à raison de deux représentations par soir, le spectacle de Dirty Monitor a raconté l'histoire des affrontements dans la région de Mons. "Les prestations de ce weekend des 10 et 11 novembre, avec la narration du rappeur Mochelan en live, ont reçu un accueil particulièrement enthousiaste, la Grand-Place étant noire de monde", se réjouit la ville de Mons.

Les commémorations montoises se sont terminées ce dimanche 11 novembre, jour de l’Armistice, avec une cérémonie d’hommage et une parade de la libération. Pour l’occasion, des troupes des armées belge, canadienne, française, allemande et britannique ainsi que des vétérans des régiments héritiers de nos libérateurs ont reconstitué ce moment de liesse et de joie populaire sous le regard de plus de 5.000 personnes qui, malgré la pluie, ont tenu à être présentes sur la Grand-Place de Mons.

"Cette programmation commémorative a, sans aucun doute, renforcé la position de Mons comme lieu de mémoire incontournable sur la scène internationale", estime la ville. "La presse internationale en nombre, la présence de plusieurs représentants officiels des pays étrangers mais aussi les hôtels, qui affichaient complet depuis des mois, en sont les meilleurs témoins. La Ville de Mons tient à remercier la population montoise pour sa mobilisation et sa participation à ces moments d’hommage qui ont tous eu lieu dans un très grand respect. Dans ce devoir de mémoire, les jeunes générations se sont mêlées aux anciennes pour que les erreurs du passé ne soient jamais répétées."