Mons

Les pompiers de la zone de secours Hainaut-Centre sont débordés d’appels

Elles sont jaunes et noires, volent, piquent et gâchent les barbecues ! Elles, ce sont les guêpes. Elles pullulent depuis plusieurs jours dans la région de Mons-Centre. Les 28 communes de la zone de secours Hainaut-Centre sont inondées d’appels des citoyens. Des nids de guêpes qui suscitent bien des embarras et qui encombrent le personnel des différentes casernes.

Le phénomène est cyclique. Chaque été, les fortes chaleurs et la présence des fruits les attirent. Un nid de guêpes n’est d’ailleurs pas forcément dangereux pour la population. Reste qu’aujourd’hui, les pompiers sont débordés d’interventions de ce type. Plus d’une centaine de missions sont répertoriées à la zone de secours Hainaut-Centre, de Quiévrain à La Louvière, en passant par Saint-Ghislain, Braine-le-Comte et Binche.

“Ce n’est pas une obligation que les pompiers procèdent à l’extinction des nids de guêpes. D’ailleurs, la procédure est généralement moins coûteuse et parfois plus rapide par une société externe”, précise Baudouin Vervaeck, commandant de la zone de secours Hainaut-Centre. L’intervention nid de guêpes par les pompiers coûte 78,03 euros aux citoyens. Chez un privé spécialisé l’intervention est facturée à une soixantaine d’euros.

Notons que depuis le passage en zone de secours, il existe maintenant une uniformisation de la facturation : tous les citoyens de la zone, qu’ils soient de Quiévrain ou de La Louvière, paient le même prix ! Avant, selon les communes, l’intervention des pompiers pour le nid de guêpes pouvait être facturée à 60, 80 ou 100 euros. Dans certaines communes, c’était même gratuit ! À l’époque, uniformiser ce prix n’avait d’ailleurs pas été une mince affaire entre les bourgmestres…

Se pose aussi et surtout le problème de l’intervention en elle-même, soit l’enlèvement soit la destruction par insecticide du nid. De toute façon, l’opération “guêpes” n’est pas l’exclusive des pompiers. “Notre priorité, ce sont les missions urgentes. La présence d’un nid sur une toiture par exemple, où il y a de travailleurs, à proximité de personnes sensibles, des crèches, des écoles, des maisons de repos ou sur la voie publique,… Là, nous intervenons le plus rapidement possible en fonction de notre équipage. Il y a un vrai degré d’urgence… Pour le reste, nous n’avons pas le monopole pour ce type d’interventions.”

Chaque caserne de la zone Hainaut-Centre compte en moyenne une quinzaine d’interventions par jour, ça peut dépasser les 20 interventions du côté de La Louvière et de Mons. “Nous conseillons aux citoyens de ne pas uniquement se référer aux pompiers pour la destruction des nids. Nous sommes limités à un nombre d’interventions sur la journée. En outre, pour les nids de guêpes, nous essayons au maximum de procéder en soirée quand les guêpes se rassemblent.”

En cas de danger, il reste à appeler le 112 qui transmettra la demande au poste de secours le plus proche. Il sera demandé d’identifier le type d’insectes, l’adresse de l’intervention, les motivations afin de statuer sur l’urgence ou non et si possible, la position du nid afin de prévoir le matériel nécessaire.