Mons

Le nouveau système de vélos partagés est en test gratuitement jusqu'au 21 juin

Lancé il y a un peu plus d'un mois, le système de vélos partagés "Share a bike" a déjà son lot d'adeptes à Mons. Un peu plus de 200 personnes ont téléchargé l'application, même si tous ne profitent pas encore pleinement du système. Enfourcher un vélo au pied d'un immeuble, le déposer face à son école ou de son lieu de travail et le laisser jusqu'à ce qu'un autre l'enfourche, voilà le principe de ces vélos partagés, sans bornes. 

Rappelons que "Share a bike" est un projet étudié et pensé dans le cadre d'un appel à projet en innovation sociale. La Faculté polytechnique de l'UMONS (service de Mathématique et Recherche opérationnelle) et l'Université de Namur (centres de recherche NaXys et CeRCLe) pilotent l'outil. La Ville de Mons, Pro Velo et le groupe TEC apportent leur aide. Un premier test réalisé en juin 2017 avait porté ses fruits. Quelques mois et innovations plus tard, le test grandeur nature et durant trois était lancé à Mons. Les vélos partagés peuvent être utilisés dans l'intramuros et un peu au-delà : zones des Grands-Prés et du Grand Large, campus de la Plaine de Nimy (UMons) et de la chaussée de Binche (UCL Mons).

Quid à mi-parcours? "Cela se passe très bien au niveau de l'utilisation des vélos et de l'application en elle-même", confirme Jean-Marc Godart de l'UMons. "Nous craignions des problèmes de vandalisme ou de vols avec les vélos mais finalement, il y en a très peu. Deux ou trois selles ont été volées, rien de grave donc et c'est une bonne nouvelle."

Au niveau de l'application aussi, les premiers résultats sont concluants. "Les usagers utilisent assez facilement le système. Au début, nous avions limité à des utilisateurs sélectionnés. Et puis nous avons élargi , nous avons maintenant une belle communauté de 200 personnes, ce sont des personnes qui ont été attirées par curiosité et qui ont téléchargé l'application. De manière très régulière, il y a une cinquantaine de personnes qui utilisent le système. Cela fonctionne de mieux en mieux avec le bouche-à-oreille."

Notons que durant les festivités du Doudou, le service sera suspendu afin d'éviter tout désagrément. Tous les volontaires sont les bienvenus pour tester gratuitement Share a bike jusqu'au 21 juin. Les seuls contraintes sont d'avoir un smartphone avec une connexion 3G ou 4G et être âgé de minimum 16 ans.

Le test grandeur nature connait déjà un certain succès, même si le retour d'une météo plus favorable donnerait un coup d'accélérateur au projet. Reste à étudier dans quelles mesures, le projet pilote pourrait s'intégrer définitivement dans le paysage urbain montois. Plus d'infos? www.shareabike.be