Mons

Les trois communautés ont quitté le site Géothermia la semaine dernière.

Des sacs-poubelle troués,des sachets en tout genre, des cannettes, des bouteilles, des cartons, des mouchoirs, des paillassons, des tables, des matelas et même des excréments humains et d'animaux... Voilà ce qu'ont laissé derrière eux les dizaines de caravanes installées sur le site Geothermia, le long de l'autoroute E19/E42 à Mons. Quelques jours après leur départ, les tas d'ordures jonchent toujours dans l'herbe et le long de la route.

La dernière des trois communautés installées à cet endroit depuis plusieurs mois a levé le camp mercredi dernier. "Ils ont effectivemment laissé de nombreux déchets qui sont relativement regroupés en tas", constate Emilie Zimbili, la porte-parole de l'intercommunale de développement économique et d'aménagement (IDEA), propriétaire des terrains. "Ils sont parfois dans des sacs conformes mais pas systématiquement. Et puis quelques déchets encombrants."

C'est la ville de Mons qui doit désormais, dans les prochains jours, procéder au ramassage de ces monticules de déchets. "Ce sont par contre les équipes d'IDEA qui devront prochainement veiller à ramasser les excréments humains qui jonchent les terrains qui étaient occupés ces dernières semaines."

Les communautés présentes sur le terrain n'ont en tout cas pas respecté la charte conclue avec IDEA et la ville. "Ce que nous leur avons demandé, c'était de veiller à signer un contrat avec un prestataire public ou privé afin de louer un conteneur et que les déchets ménagers soient enlevés", signale la porte-parole d'IDEA. "C'était leur responsabilité de s'assurer de la bonne évacuation des ordures et elles ne l'ont pas fait de manière complète puisque de nombreux déchets ont été abandonnés."

Toujours est-il que les gens du voyage installés à cet endroit depuis le début de l'été sont désormais partis loin de la Cité du Doudou et ne seront vraisemblablement jamais réprimandés de cette gestion désastreuse des déchets.