Mons Si le chantier est trop nuisible, certains habitants pourraient être relogés du côté de l’esplanade du Dragon

Le bourgmestre Elio Di Rupo (PS) a rencontré, mercredi soir, les riverains de la cour du Noir Lévrier. Le sujet à l’ordre du jour était le futur cinéma Plaza Art, situé en haut de la rue de Nimy. Les tensions qui entourent l’épineux dossier du cinéma d’art et essai tendent à s’apaiser, même si l’affaire n’est pas encore gagnée.

Sur insistance des riverains, le bourgmestre s’était donc engagé à les rencontrer dans le but d’apporter tous les éclaircissements nécessaires. Cela s’est plutôt bien passé, malgré le dernier tollé provoqué par le courrier de convocation. "Je suis rassurée et je resterai très attentive à la suite," nous confie une riveraine, présente à la réunion.

La renaissance du Plaza Art passera par une toute nouvelle construction. Le bâtiment existant sera rasé, sauf la façade. Toute la partie arrière du bâtiment, jusqu’à la rue des Fossés, va aussi disparaître pour être reconstruite. Pour certains riverains, il y a des points de discorde, comme le rehaussement du bâtiment, qui priveraient certains habitants de luminosité, la durée du chantier (minimum 18 mois) et le non-aménagement immédiat de deux salles de cinéma qui risqueraient de se transformer en salles d’animation. Citons aussi le projet de cinéma en plein air sur les toits qui ne faisait pas que des heureux.

"Elio Di Rupo a été très correct et très à l’écoute, l’architecte était là aussi. Ils nous ont apportés des réponses concrètes à des problèmes que nous soulevions. Nous avons ainsi appris que le projet de cinéma en plein air était annulé complètement, explique la riveraine. Pour la problématique de perte de lumière, ils vont venir visiter les maisons où cela pose des soucis."

Quid du chantier ? "Si durant le chantier ça devient invivable, l’échevin Darville nous a proposé une solution. Il pourrait mettre à disposition deux logements du côté de l’esplanade du Dragon, par exemple. Tout sera aussi très bien insonorisé, ce qui ne devrait donc pas poser de problème au niveau des nuisances sonores. Et enfin, il y aura aussi un numéro de téléphone spécifique en cas de désagréments particuliers qui nous sera communiqué."

Depuis la fermeture brutale du cinéma d’art et essai le 14 mars dernier, c’est peu d’écrire que les esprits étaient chagrins. Déjà au conseil communal, le bourgmestre avait dû rendre des comptes durant près de deux heures sur le sujet. À plusieurs reprises, les sympathisants du Plaza Art étaient descendus en force à l’Hôtel de ville pour obtenir la garantie de pérennisation d’un tel cinéma, en plein cœur de la cité du Doudou.